Les jeux vidéo n'ont jamais eu autant d'importance dans la vie quotidienne de millions de personnes. Alors, jusqu'au retour à l'école, on vous en présente un chaque jour.

C'est un charmant retour aux sources. Plus de trois ans après The Legend of Zelda: Breath of the Wild, qui reste à ce jour une valeur sûre de la Switch, Nintendo a ressorti du placard l'année dernière l'un des meilleurs épisodes de la saga, sorti il y a 27 ans sur Gameboy en noir et blanc. Passé à la couleur entre-temps, en 1998 sur la GameBoy Color, Zelda: Link's Awakening a cette fois eu droit à une petite refonte graphique avec l'utilisation de la 3D et surtout à une nouvelle direction artistique.

On est néanmoins en face d'un remake dans sa plus stricte définition: toutes les zones de l'aventure d'origine ont été conservées à l'identique -la vue de trois-quart également- mais tout a été sublimé par des couleurs chatoyantes et un aspect "jouet" de Link et de son environnement. Ce côté mignon, voire carrément enfantin, tranche légèrement avec l'épisode plus mature Breath of the Wild qui cartonne depuis trois ans.

Mais il colle parfaitement au propos: pour rappel, si vous ne faîtes pas partie des nostalgiques marqués au fer rouge par l'épisode original, ça a été la première fois que notre héros à la capuche verte se retrouvait embarqué dans une aventure en dehors du royaume d'Hyrule. Echoué sur une île, l'île Cocolint, après le naufrage de son bateau, Link ouvre les yeux sur un petit monde onirique, bercé par les illusions émanant d'un oeuf géant posé en haut de la montagne. Celui-ci renferme le "poisson-rêve", le seul capable d'aider Link à quitter cette île à l'atmosphère étrange.

© Nintendo

Dans sa quête, notre héros passe par les inévitables donjons chers à la saga, théâtres de casse-têtes et de combats de boss. A cela s'ajoute bon nombre d'objets à collecter, comme les coquillages: le titre cède un peu à la mode du 21e siècle et des items qu'on peut collecter un peu partout...

Même remis au goût du jour, le jeu de 2019 conserve le classicisme de celui de 1993, ce qui plaira aux nostalgiques purs et durs. Le jeu n'en demeure pas moins très agréable à jouer, y compris pour ceux et celles qui étaient trop jeunes, ou pas encore nés, pour profiter du titre jadis en noir et blanc. Bref, c'est un vrai plaisir de se perdre avec Link dans les rêves de l'île Cocolint...

"Un jour, un jeu vidéo"
Jeu n°1 : "Ring Fit Adventure", quand "jouer" rime avec "bouger"
Jeu n°2 : "Control", une héroïne confinée... au Bureau
Jeu n°3 : "Metro", confinés après une apocalypse nucléaire
Jeu n°4 : "Football Manager 2020", vis ma vie d'entraîneur
Jeu n°5 : "Sayonara Wild Hearts", une course psychédélique en musique
Jeu n°6 : "Uncharted", pour voyager aux quatre coins du monde
Jeu n°7 : Animal Crossing New Horizons, l'anti-stress par excellence
Jeu n°8 : "Just Dance 2020", pour danser à la maison
Jeu n°9: "Days Gone", quand une pandémie décime la planète...
Jeu n°10 : "Les Sims" ont 20 ans et amusent toujours le monde
Jeu n°11 : "Enterre-moi, mon Amour", une histoire poignante sur mobile
Jeu n°12 : "Until Dawn", confinés... pour se protéger d'un psychopathe
Jeu n°13 : "Assassin's Creed", pour voyager dans le passé
Jeu n°14 : MLB The Show, oublions un peu le foot !
Jeu n°15 : "Luigi's Mansion 3", plus drôle qu'effrayant !
Jeu n°16 : "Reigns: Game of Thrones", la série revit en mode Tinder
Jeu n°17 : "Dragon Ball Z: Kakarot", les fans sont servis
Jeu n°18 : "Cuphead", magnifique plongée dans les années 30
Jeu n°19 : "The Long Dark", voyage dans un monde glacial
Jeu n°20 : "Olive et Tom", aussi bien que les dessins animés?
Jeu n°21 : "World of Warcraft", toujours vivant mais sous perfusion
Jeu n°22 : "No Man Sky", la résurrection d'un OVNI
Jeu n°23 : "Red Dead Redemption 2", fabuleux western 
Jeu n°24 : "Resident Evil 3", l'horreur remise au goût du jour
Jeu n°25 : "Final Fantasy VII", un premier hommage éblouissant