Les jeux vidéo n'ont jamais eu autant d'importance dans la vie quotidienne de millions de personnes. Alors, jusqu'au retour à l'école, on vous en présente un chaque jour.

Chez Capcom, l'heure est au dépoussiérage du maître de l'angoisse. Après un premier épisode retravaillé sur GameCube en 2002 mais qui mériterait un nouveau lifting aujourd'hui, l'éditeur nippon a sorti il y a quelques semaines le remake du troisième épisode de Resident Evil, sorti à l'origine sur Playstation en 1999. L'an dernier, le deuxième opus, l'un des plus appréciés de la franchise, avait lui-aussi eu droit à une cure de jouvence, sur PS4, Xbox One et PC, qui lui avait d'ailleurs fait le plus grand bien.

La chronologie des différents épisodes de Resident Evil, c'est un peu la même histoire que ceux de Star Wars: ce troisième opus se déroule deux mois après le premier, mais la veille des événements de Resident Evil 2... et aussi la nuit d'après. Pour être plus clair, on retrouve l'un des deux personnages principaux, à savoir Jill Valentine, membre d'une unité d'élite, qui a réchappé à l'horreur du manoir Spencer.

© Capcom

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas l'histoire d'origine, rappelons que les habitants de la ville de Raccoon City sont victimes des obscures expériences de la multinationale Umbrella Corporation et qu'un virus les transforme peu à peu en zombies affamés. Dans le premier épisode, la mission d'une unité d'élite a mené deux héros à se "confiner" dans un manoir, abritant plus d'horreurs encore qu'à l'extérieur... Ce troisième opus révèle une créature jamais vue avant: le Nemesis, un être génétiquement modifié engendré par Umbrella, destiné à tuer les agents spéciaux de la police.

Qui dit remake, ne dit pas forcément copier/coller: les amateurs de la saga, qui a donné naissance au genre du "survival-horror", se rendront vite compte que certaines scènes du "RE3" de 1999 ont été réadaptées voire supprimées (au grand dam des fans de la première heure). Les prises de vue sont différentes et la mise en scène est largement plus soignée. C'est beau, c'est fluide, c'est rythmé: à ce niveau-là, le titre est autant une réussite que le remake de "RE2". En jeu, les armes sont plus nombreuses, mais certains ennemis ont disparu. Les combats de boss sont, néanmoins, très spectaculaires. Seule petite ombre au tableau, sa durée de vie d'environ 8 heures. C'est court. Un peu trop, même si l'aventure peut-être prolongée de multiples façons, notamment avec Resident Evil Resistance, un titre multijoueur asymétrique 4 contre 1.

"Un jour, un jeu vidéo"
Jeu n°1 : "Ring Fit Adventure", quand "jouer" rime avec "bouger"
Jeu n°2 : "Control", une héroïne confinée... au Bureau
Jeu n°3 : "Metro", confinés après une apocalypse nucléaire
Jeu n°4 : "Football Manager 2020", vis ma vie d'entraîneur
Jeu n°5 : "Sayonara Wild Hearts", une course psychédélique en musique
Jeu n°6 : "Uncharted", pour voyager aux quatre coins du monde
Jeu n°7 : Animal Crossing New Horizons, l'anti-stress par excellence
Jeu n°8 : "Just Dance 2020", pour danser à la maison
Jeu n°9: "Days Gone", quand une pandémie décime la planète...
Jeu n°10 : "Les Sims" ont 20 ans et amusent toujours le monde
Jeu n°11 : "Enterre-moi, mon Amour", une histoire poignante sur mobile
Jeu n°12 : "Until Dawn", confinés... pour se protéger d'un psychopathe
Jeu n°13 : "Assassin's Creed", pour voyager dans le passé
Jeu n°14 : MLB The Show, oublions un peu le foot !
Jeu n°15 : "Luigi's Mansion 3", plus drôle qu'effrayant !
Jeu n°16 : "Reigns: Game of Thrones", la série revit en mode Tinder
Jeu n°17 : "Dragon Ball Z: Kakarot", les fans sont servis
Jeu n°18 : "Cuphead", magnifique plongée dans les années 30
Jeu n°19 : "The Long Dark", voyage dans un monde glacial
Jeu n°20 : "Olive et Tom", aussi bien que les dessins animés?
Jeu n°21 : "World of Warcraft", toujours vivant mais sous perfusion
Jeu n°22 : "No Man Sky", la résurrection d'un OVNI
Jeu n°23 : "Red Dead Redemption 2", fabuleux western