Les jeux vidéo n'ont jamais eu autant d'importance dans la vie quotidienne de millions de personnes. Alors, jusqu'au retour à l'école, on vous en présente un chaque jour.

Cela faisait longtemps que les fans de Dragon Ball Z attendaient une aventure vidéoludique digne de ce nom. Jusque là, la série animée, qui a marqué toute une génération scotchée au Club Dorothée, a le plus souvent fait l'objet de jeux vidéo de combat. Les exceptions (pas franchement exceptionnelles) se sont d'ailleurs plutôt basées sur le premier grand arc narratif de la série. On peut par exemple citer Dragon Ball: Origins 1 et 2 (2008, sur la console portable Nintendo DS), Dragon Ball: Revenge of King Piccolo (2009, Wii) et même l'une des toutes premières aventures nées sur la NES en 1986: Dragon Ball : Le Secret du dragon. 

Sorti au début de cette année sur PS4, Xbox One et PC, Dragon Ball Z: Kakarot (Kakarot étant le "vrai" nom de Son Goku, le personnage principal) est venu combler ce manque: on est en face d'un jeu d'aventure/RPG qui raconte l'histoire des mangas et des dessins animés, des premiers combats face à Vegeta, en passant par Freezer, Cell puis Boo.

© Bandai Namco

Quand on est, ou qu'on a été, fan de la série, les premières minutes de jeu sont vraiment très agréables: tant les graphismes que la bande-son sont fidèles au dessin animé de notre enfance (si l'on a au moins la trentaine), et l'aventure, régulièrement ponctuée de cinématiques qui titillent la fibre nostalgique, est assez bien chapitrée. On revit ainsi la plupart des moments importants de l'animé, les autres se réduisant à des ellipses pour accélérer le récit. C'est parfois bien vu, parfois un peu moins: la tension dramatique n'est pas toujours aussi forte que dans l'oeuvre d'origine, mais tout raconter dans le moindre détail aurait sans doute nécessité au minimum plusieurs mois de travail supplémentaire aux équipes de CyberConnect2, développeur de jeux vidéo également connu pour avoir travaillé sur la franchise Naruto.

© Bandai Namco

On aurait aussi préféré un réel monde ouvert: à la place, on navigue à travers des ersatz de planète, en passant d'un lieu à un autre via la carte du monde. Le système de progression des personnages n'est pas inintéressant, notamment via des "tableaux communautaires" qui les connectent entre eux. Une grande part de la stratégie du titre réside de ces différentes associations de personnages, qui donnent des bonus en fonction des combinaisons. Les combats, eux, s'avèrent dynamiques et donnent lieu à de belles empoignades, même s'ils sont finalement assez peu techniques. Assez facile d'accès, ce Dragon Ball Z: Kakarot n'est sans doute pas parfait, mais il nous semble être la meilleure adaptation vidéoludique des aventures de Son Goku et de ses amis à ce jour.

"Un jour, un jeu vidéo"
Jeu n°1 : "Ring Fit Adventure", quand "jouer" rime avec "bouger"
Jeu n°2 : "Control", une héroïne confinée... au Bureau
Jeu n°3 : "Metro", confinés après une apocalypse nucléaire
Jeu n°4 : "Football Manager 2020", vis ma vie d'entraîneur
Jeu n°5 : "Sayonara Wild Hearts", une course psychédélique en musique
Jeu n°6 : "Uncharted", pour voyager aux quatre coins du monde
Jeu n°7 : Animal Crossing New Horizons, l'anti-stress par excellence
Jeu n°8 : "Just Dance 2020", pour danser à la maison
Jeu n°9: "Days Gone", quand une pandémie décime la planète...
Jeu n°10 : "Les Sims" ont 20 ans et amusent toujours le monde
Jeu n°11 : "Enterre-moi, mon Amour", une histoire poignante sur mobile
Jeu n°12 : "Until Dawn", confinés... pour se protéger d'un psychopathe
Jeu n°13 : "Assassin's Creed", pour voyager dans le passé
Jeu n°14 : MLB The Show, oublions un peu le foot !
J
eu n°15 : "Reigns: Game of Thrones", la série revit en mode Tinder