Les jeux vidéo n'ont jamais eu autant d'importance dans la vie quotidienne de millions de personnes. Alors, jusqu'à la fin du confinement, on vous en présente un chaque jour.

Les grandes catastrophes constituent le point de départ de nombreux jeux vidéo et parmi elles, les pandémies ont une place de choix. En pleine crise du coronavirus, le propos de Days Gone, un jeu de survie sorti il y a exactement un an en exclusivité sur PS4, résonne tout particulièrement à nos oreilles même si la fiction va beaucoup plus loin que la douloureuse crise sanitaire que nous traversons actuellement.

Ainsi, c'est une aventure à la Walking Dead que propose Days Gone: on est plongé dans un monde décimé depuis deux ans par une mystérieuse pandémie, qui a exterminé la majeure partie des habitants de la planète et changé les autres en créatures décérébrées, perpétuellement à la recherche de viande fraîche.

Dans ce monde chaotique, le joueur incarne Deacon St. John, un chasseur de primes à moto qui écume les chemins de l'Oregon pour sauver sa peau et celle de ses proches, à commencer par sa femme disparue et son ami Boozer.

© Sony

Dans cette nature sauvage et dangereuse, plusieurs clans de rescapés se sont formés: certains peuvent devenir des alliés pour peu qu'on leur prouve notre dévouement et notre loyauté, d'autres sont clairement des ennemis poursuivant des buts tordus.

Days Gone rassemble toutes les caractéristiques d'un jeu d'action classique en monde ouvert: des quêtes alimentant soit la longue histoire principale, soit quelques aventures secondaires (et imbriquées les unes dans les autres); une grande map en guise de terrain de jeu et d'exploration; un système de récompenses et d'expérience permettant de façonner notre personnage en lui accordant des compétences spécifiques... Le jeu emprunte pas mal de choses déjà vues ailleurs: on n'est pas dérouté, loin de là.

Critiqué pour son manque d'originalité, ses quelques bugs, une gestion de l'essence agaçante et ses personnages caricaturaux, Days Gone nous semble surtout l'un des jeux les plus sous-côtés de ces deux dernières années, sur console. Optimisé en janvier dernier grâce à une mise à jour massive, le titre offre des moments justes et forts, bénéficie d'un très bon doublage et dégage un sentiment de mélancolie et de danger permanent.

"Un jour, un jeu vidéo"
Jeu n°1 : "Ring Fit Adventure", quand "jouer" rime avec "bouger"
Jeu n°2 : "Control", une héroïne confinée... au Bureau
Jeu n°3 : "Metro", confinés après une apocalypse nucléaire
Jeu n°4 : "Football Manager 2020", vis ma vie d'entraîneur
Jeu n°5 : "Sayonara Wild Hearts", une course psychédélique en musique
Jeu n°6 : "Uncharted", pour voyager aux quatre coins du monde
Jeu n°7 : Animal Crossing New Horizons, l'anti-stress par excellence
Jeu n°8 : "Just Dance 2020", pour danser à la maison