Les jeux vidéo n'ont jamais eu autant d'importance dans la vie quotidienne de millions de personnes. Alors, jusqu'à la fin du confinement, on vous en présente un chaque jour.

Dans le contexte anxiogène que nous vivons actuellement, Animal Crossing: New Horizons apparaît comme l'un des plus puissants tranquillisants vidéoludiques du moment. Ici, il n'est question ni d'angoisse, ni de challenge ardu, ni de combats, ni d'aucun rapport de force, d'ailleurs.

Depuis sa venue en Europe en 2004 sur GameCube (la franchise est née deux ans plus tôt au Japon sous le nom de "Dōbutsu no Mori", qui signifie "Forêt d'animaux"), cette série de gestion de vie n'est que mignonnerie, harmonie, innocence et simplicité, le tout porté par des musiques enfantines et des couleurs pastel.

Ce 5e épisode "majeur", sorti sur la Nintendo Switch le mois dernier, envoie ainsi notre personnage sur une île paradisiaque en compagnie de deux animaux, île à laquelle il est question de donner vie. On construit notre tente, notre maison, notre village, on collecte de la matière première, on fabrique des outils, des objets de décoration, on jardine, on pêche, on accueille de nouveaux personnages, de nouveaux animaux, on sociabilise, que ce soit avec des avatars gérés par le jeu ou par d'autres joueurs (le mode en ligne permet à chacun de visiter les îles des autres)... Bref, on vit.

© Nintendo

Le titre se synchronise au rythme des saisons et d'une journée réelle: si l'on y joue à 23h, il fait nuit dans le village. Et s'il favorise les interactions chaleureuses, le titre laisse également le joueur flâner sans but précis. L'ironie, ici, est qu'un jeu vidéo parvienne à nous reconnecter à des choses simples de la vie réelle, où on laisse le temps au temps et le stress au placard.

D'ailleurs, c'est une relation longue que l'on noue avec le jeu: son intérêt ne peut se révéler que si l'on s'y abandonne régulièrement, ce qui ne conviendra pas du tout à ceux et celles qui recherchent de l'action et des rebondissements incessants. Car il n'y a pas de véritable fin: Animal Crossing, c'est un peu les Sims, version guimauve. C'est mignon, souvent niais. Presqu'un retour à l'enfance où tout n'est que bienveillance.

"Un jour, un jeu vidéo"
Jeu n°1 : "Ring Fit Adventure", quand "jouer" rime avec "bouger"
Jeu n°2 : "Control", une héroïne confinée... au Bureau
Jeu n°3 : "Metro", confinés après une apocalypse nucléaire
Jeu n°4 : "Football Manager 2020", vis ma vie d'entraîneur
Jeu n°5 : "Sayonara Wild Hearts", une course psychédélique en musique
Jeu n°6 : "Uncharted", pour voyager aux quatre coins du monde