Les jeux vidéo n'ont jamais eu autant d'importance dans la vie quotidienne de millions de personnes. Alors, jusqu'à la fin du confinement, on vous en présente un chaque jour.

Depuis la Wii, Nintendo essaie de faire bouger les gamers face à leur écran avec des jeux de fitness. Ainsi, Wii Fit, sorti en 2008 en Europe, et sa version améliorée Wii Fit Plus, qui a vu le jour un an et demi après, ont constitué un succès planétaire avec plus de 43 millions de kits vendus dans le monde. Preuve que "jeux vidéo" ne riment pas forcément avec la trilogie "bière-pizza-canapé"!

L'an dernier, Nintendo a fait évoluer ce concept en imaginant un jeu d'aventure fantastique, où l'on progresse à la sueur de notre front: Ring Fit Adventure, sorti sur Switch. Si les deux titres au design minimaliste de la Wii se "jouaient" à l'aide d'une balance (la Wii Balance Board), celui-ci introduit deux nouveaux accessoires permettant de capter les gestes du joueur: le Ring-Con (cet accessoire en forme de roue) et la sangle de jambe, qui fonctionnent avec les manettes Joy-Con de la console hybride de Nintendo. Ceux-ci convertissent les exercices et les mouvements réels du joueur. C'est là que ça devient drôle: pour se déplacer et pour se battre contre les ennemis, il faut courir (sur place, bien sûr), faire des squats ou des exercices de gainage. Et mine de rien, tous les muscles y passent!

© Nintendo

Pour que l'expérience soit efficace, le jeu se base sur des réglages de votre force, de votre poids et du niveau d'intensité que vous souhaitez. Même si le fitness vous semble n'être qu'un concept obscure, on peut s'y mettre sans souffrir exagérement. Point positif: il n'y a pas besoin d'énormément d'espace pour se lancer dans cette aventure sportive, simplement de quoi bouger les jambes et les bras, sur les côtés et vers le plafond, et s'asseoir par terre.

Mais le génie de Nintendo, sur ce coup-là, est de nous faire oublier que l'on fait de l'exercice physique.

Certes, l'aventure proposée, qui nous mène jusqu'à l'affrontement final avec un dragon maléfique, ne rivalise pas avec celles des jeux "triple A", mais elle est loin de servir de simple prétexte. Très colorée, parfois répétitive mais bourrée de bonnes idées, mignonne voire enfantine (dans le pur esprit Nintendo, en fait), elle s'appuie sur des mécaniques simples de RPG: plus on gagne des points d'expérience, plus on a accès à de nouvelles attaques. Ces attaques sont classées par couleurs et plus ou moins efficaces en fonction de la couleur des ennemis. Les affrontements, eux, se jouent au tour par tour, dans la pure tradition des jeux de rôle japonais. Voilà qui motive à se dessiner le corps durant la période de confinement!