Les jeux vidéo n'ont jamais eu autant d'importance dans la vie quotidienne de millions de personnes. Alors, jusqu'à la fin du confinement, on vous en présente un chaque jour.

Ce n'est pas pour se protéger d'un danger extérieur que Jesse Faden se rend au "Bureau Fédéral de Contrôle", sur l’île de Manhattan, à New York. Mais au contraire parce qu'elle soupçonne qu'il s'y passe des choses louches et que l'activité de cette agence gouvernementale a un rapport avec la disparition de son frère, survenue 17 années plus tôt. Quoi qu'il en soit, l'héroïne de Control se retrouve prisonnière d'un bâtiment habité par un mal mystérieux, le "Hiss", qui manipule les employés et distord leur vision du réel. Illusion et réalité se mêlent pour l'embrouiller totalement et nous avec. Les adeptes d'intrigues surnaturelles sont servis...

Devenue malgré elle directrice du "Bureau", Jesse Faden évolue ainsi dans des pièces qui se reconstruisent ou se disloquent sous ses yeux, gagnant elle-même d'étranges pouvoir psychiques de plus en plus puissants au fil de l'aventure.

© Remedy

Imaginé par le studio finlandais Remedy, qui s'est fait connaître grâce à Max Payne (jeu de tir sorti en 2001, l'un des premiers à utiliser le "bullet time", un effet cinématographique) et dans une moindre mesure Alan Wake, thriller où la dimension psychologique était déjà très importante, Control est l'un des jeux "épouvantails" de l'année dernière. Sorti sur PS4 et Xbox One, le titre se démarque grâce à un style visuel singulier: on évolue dans des tons monochromes, où seuls des effets rougeâtres viennent se mêler au subtil jeu de contrastes des pièces. Ce style graphique minimaliste confère au jeu une identité à la fois brut et étrange qui fait mouche.

L'ambiance surnaturelle et la narration jouent un rôle majeur, plus important encore que le gameplay, l'aventure se montrant très linéaire (trop, diront certains) et la prise en main assez facile (les ennemis n'opposent que peu de résistance).

L'histoire devient de plus en plus grisante au fur et à mesure que notre héroïne gagne en puissance. L'aventure a gagné en épaisseur avec la sortie d'un contenu téléchargeable, en mars.

"Un jour, un jeu vidéo"
Jeu n°1 : "Ring Fit Adventure", quand "jouer" rime avec "bouger"