La simulation de football est revenue cette année avec un système de jeu repensé et moins assisté.

Si chaque année, les amateurs de football se précipitent sur la nouvelle simulation d'EA Sports -ou sur celle de Konami "eFootball PES 2020"-, chaque année aussi, le jeu entraîne des débats incessants entre les joueurs. L'an dernier, c'était certains mouvements techniques trop faciles à exécuter et surtout beaucoup trop efficaces, qui agitaient les discussions. Avant, c'était également les buts inscrits très rapidement après les coups d'envoi. Cette année, le gameplay a été nettement repensé et pour une fois, ce n'est pas juste un effet d'annonce.

Cela va en décontenancer plus d'un: autant en attaque qu'en défense, le jeu se veut beaucoup moins assisté que dans Fifa 19 (et ça aussi, c'était déjà l'objet de nombreuses discussions). Cela complique forcément les choses, sauf pour les joueurs qui ont l'habitude d'activer le contrôle manuel de leur équipe. En clair, lorsqu'il s'agissait de défendre jusqu'à présent, on pouvait commander un seul joueur et compter un peu sur l'intelligence artificielle du jeu pour laisser les autres défenseurs se coordonner entre eux et repousser les assauts adverses. C'est largement moins vrai avec Fifa 20. Il faut faire preuve de plus de dextérité et de plus de discernement pour bien choisir ses joueurs et bien anticiper les mouvements des attaquants. Les gardiens, eux, semblent néanmoins plus solides en un-contre-un mais curieusement assez légers sur les sorties aériennes: ils ont vite fait de boxer des poings des ballons qu'ils pourraient capter somme toute assez facilement.

PLUS DE DÉCHETS DANS LE JEU

En attaque aussi, les choses ont changé et parfois trop, au regard de nos premières minutes de jeu. Si certains centres, agrémentés notamment d'un geste technique, trouvaient trop souvent des têtes victorieuses l'an passé, il est désormais extrêmement difficile de marquer sur ces phases de jeu qui font tout de même partie du football. Les statistiques des joueurs sont ainsi plus difficiles à interpréter: que les ailiers soient d'excellents centreurs et les attaquants des as de la tête n'y change pas grand chose. Sur Fifa 20 plus que jamais, le jeu au sol est privilégié. En revanche, il faut s'attendre à s'arracher quelques cheveux, le taux de réussite face au but ayant chuté: on tire beaucoup plus souvent à côté et il y a souvent un pied ou un buste qui traîne pour annihiler une occasion en or. A noter enfin que le système de coups de pied arrêtés a été revu, avec une possibilité plus marquée de donner de l'effet au ballon. Mais cela demande de l'entraînement pour réussir à être efficace.

Un mot sur le mode de jeu "roi" de la simulation depuis plusieurs années: Fifa Ultimate Team, qui permet de bâtir l'équipe que l'on veut en collectionnant les cartes virtuelles des joueurs et en les associant sur le terrain. Le système d'expérience et de progression a changé et des récompenses sont attribuées par palier: plus on joue, plus on gagne des points d'expérience qui remplissent une jauge de récompenses. On peut compter sur EA pour animer ce mode durant toute la saison de football, avec des événements spéciaux et une foules de cartes rares à remporter en remplissant des défis.

Difficile de ne pas parler du nouveau mode de jeu "Volta", qui rappelle vaguement le mode "Fifa Street" disparu il y a quelques années. Scénarisé, il permet des affrontements balle au pied à trois contre trois, quatre contre quatre ou cinq contre cinq, son fonctionnement étant calqué sur celui de FUT. Intéressant pour apprendre à maîtriser les gestes techniques et à jouer dans les petits espaces, ce mode Volta s'avère sympathique mais doit encore gagner en originalité pour offrir une alternative assez séduisante à l'autre mode phare du titre.