Les nominations des Oscars ont été dévoilées lundi à l'aube à Los Angeles, avec leur lot habituel de records, de surprises et de laissés-pour-compte. Voici cinq choses à retenir pour cette 92e édition:

Succès pour Scarlett et Saoirse

Scarlett Johansson - ici à Beverly Hills le 5 janvier 2020 - n'avait jamais été sélectionnée pour les Oscars jusqu'à présent / © AFP/Archives

Les femmes sont absentes de la course au "meilleur réalisateur" mais deux actrices ont particulièrement tiré leur épingle du jeu: Scarlett Johansson et Saoirse Ronan (prononcer "seur-sha").

Scarlett Johansson n'avait jamais été sélectionnée pour les Oscars jusqu'à présent. Elle vient de rafler deux nominations d'un coup, pour le drame sur le divorce "Marriage Story" (meilleure actrice) et pour le décalé "Jojo Rabbit" (meilleur second rôle) dans lequel elle incarne une jeune maman cachant une jeune Juive dans son grenier dans l'Allemagne nazie.

De son côté, Saoirse Ronan décroche la quatrième nomination de sa carrière, à seulement 25 ans. Seule Jennifer Lawrence peut se targuer d'avoir fait mieux.

Matin pas calme pour la Corée du Sud

"Parasite", comédie noire de Bong Joon-ho (D) en Californie le 12 janvier 2020 - est en lice à la fois dans la catégorie du meilleur film étranger et du meilleur film tout court / © GETTY/AFP

"Parasite", comédie noire de Bong Joon-ho déjà sacrée au festival de Cannes, est devenu le premier long-métrage sud-coréen à obtenir une nomination à la fois dans la catégorie du meilleur film étranger et du meilleur film (tout court), catégorie-phare des Oscars.

Seuls six films étrangers ont réussi cet exploit, dont "Roma" du Mexicain Alfonso Cuaron l'an dernier.

"Parasite" saura-t-il vaincre le signe indien, sachant qu'aucun de ses prédécesseurs n'a remporté l'Oscar du meilleur film? Récompensé aux Golden Globes, Bong Joon-ho a en tout cas exhorté le public américain à "surmonter la barrière des deux ou trois centimètres de sous-titres" pour découvrir "des films géniaux".

Netflix une nouvelle fois en tête

Le géant du streaming Netflix arrive en tête des nominations aux Oscars cette année avec 24 candidats / © AFP/Archives

La plateforme de vidéo à la demande Netflix a dépensé des milliards de dollars pour s'attacher les plus grands noms d'Hollywood et se frayer un chemin aux côtés des studios traditionnels, et cela commence à payer.

Le géant du streaming arrive en tête des nominations aux Oscars cette année avec 24 candidats, contre 23 à Disney/Fox, pourtant numéro un mondial du divertissement, et 20 à Sony.

Cela ne signifie pas pour autant que la moisson de statuettes sera au rendez-vous le 9 février. Netflix jouissait d'une domination écrasante sur ses concurrents dans la course aux Golden Globes mais a finalement dû se contenter de deux petits prix, un pour Laura Dern ("Marriage Story") pour le cinéma et un autre pour Olivia Colman ("The Crown") pour la télévision.

L'irrésistible ascension de John Williams?

Le compositeur John Williams - ici à Beverly Hills en Californie le 15 mai 2013 - a décroché lundi à 87 ans sa 52e nomination aux Oscars, pour la musique de "Star Wars: l'Ascension de Skywalker" / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives

Le compositeur John Williams, 87 ans, a déjà à son actif une constellation de nominations et en a encore ajouté une lundi pour la musique de "Star Wars: l'Ascension de Skywalker", la 52e.

Sauf longévité exceptionnelle, il ne devrait toutefois pas être en mesure d'égaler le record détenu par le légendaire Walt Disney avec 59 nominations. Le dernier épisode de la saga Star Wars entamée en 1977 est également en lice dans deux catégories techniques (montage de son et effets visuels).

Zéro pour J-Lo et De Niro

Deux des plus grandes vedettes données favorites pour ces nominations sont reparties bredouilles lundi.

Jennifer Lopez, à Santa Monica en Californie le 12 janvier 2020, n'avait encore jamais été sélectionnée pour les Oscars / © AFP

Jennifer Lopez n'avait encore jamais été sélectionnée pour les Oscars mais beaucoup estimaient que sa performance de second rôle dans "Queens" pouvait justifier une nomination.

L'honneur lui a échappé, tout comme au vétéran Robert De Niro, boudé par les membres de l'Académie des arts et science du cinéma pour "The Irishman". De Niro a certes la satisfaction d'avoir déjà remporté deux Oscars, mais sa dernière statuette dorée remonte tout de même à 1980 et "Raging Bull".

Il sera malgré tout en lice le 9 février, en tant que co-producteur de "The Irishman", candidat au prix du "meilleur film".