La série La Servante écarlate revient à l'écran avec "Les Testaments".

On les a découvertes dans un roman, puis redécouvertes au petit écran, et on les croise désormais dans de nombreuses manifestations... Dépassant la sphère de la fiction, les "servantes écarlates" sont devenues un symbole féministe à l'ère du mouvement #MeToo.

Le livre éponyme, publié en 1985 par Margaret Atwood, s'est ancré dans l'actualité après son adaptation en série en 2017. "Les Testaments", la suite très attendue, est paru mardi au Royaume-Uni (le 10 octobre en France). Cinq choses à savoir sur ce phénomène mondial.

ORWELL...

Margaret Atwood a commencé à écrire "La Servante Écarlate" (The Handmaid Tales) à Berlin-Ouest en 1984, inspirée par l'écrivain britannique "George Orwell (qui) regardait par-dessus (son) épaule". "Le Mur était tout autour de nous. De l'autre côté, il y avait Berlin-Est", raconte-t-elle dans la préface inédite d'une réédition française de "La Servante écarlate", qui paraîtra prochainement.

Une époque de silences, de dangers... "Les Etats-Unis se vendaient comme une alternative, une terre de liberté, de démocratie, d'égalité", a souligné la romancière lors d'une conférence de presse à Londres. Mais Margaret Atwood s'inspire des "ombres" à ce tableau, dissimulées en pleine guerre froide.

Résultat: "La Servante écarlate" décrit la vie aux Etats-Unis devenus "la République de Gilead", un Etat totalitaire où les femmes fertiles sont réduites à l'esclavage sexuel. Ce sont des "Servantes", reconnaissables à leurs uniformes rouges.

... ET TRUMP

La parution de la série TV en 2017, après l'investiture du président américain Donald Trump, a été fortuite. Mais les fans y ont vu un signe et l'ont érigée en symbole anti-Trump.

La romancière Margaret Atwood assiste à la première Hulu de la série "La Servante Ecarlate" sur le site de vidéo à la demande Hulu, le 25 avril 2017 à Hollywood, en Californie / © AFP/Archives

Le costume des Servantes, capes rouges et coiffes blanches, s'est alors imposé comme un signe de ralliement: omniprésent à Washington pendant la bataille contre la confirmation à la Cour suprême du juge Brett Kavanaugh, accusé de tentative de viol quand il était lycéen, il est aussi apparu lors de manifestations pour les droits des femmes et à l'avortement dans le monde entier (Argentine, Pologne, Irlande).

"C'est très visuel et grâce à la série, tout le monde sait ce que ça signifie", se félicite Margaret Atwood.

COSTUMIÈRE BOULEVERSÉE

Ce retentissement mondial a bouleversé la créatrice du costume pour la série. "Pendant les deux ans et demi où j'ai travaillé sur la série, je n'en ai pas vraiment mesuré l'impact", racontait à New York Ane Crabtree, la cinquantaine. "Je voulais que les gens aient peur. Je voulais que ce soit à la fois normal et terrifiant", disait-elle en évoquant le vêtement qui fait penser à une tenue de nonne agrémenté d’œillères.

Ane Crabtree a réussi son pari mais ne sort pas indemne de l'expérience: la série "remue trop de choses dans ma vie personnelle". Au point qu'elle a décidé de s'en aller avant le tournage de la troisième saison.

PSEUDO FÉMINISME

La série a pris des libertés par rapport au premier roman de Margaret Atwood en inventant une suite.

L'actrice américaine Elizabeth Moss lors de la présentation du final de la saison 3 de "La Servante Ecarlate", le 6 août 2019 à Westwood, en Californie / © AFP

Si elle a connu un succès mondial, elle a aussi été dénoncée pour ses nombreuses scènes de violence (lapidations, pendaisons, électrocutions...) alors que la romancière canadienne ne faisait que les suggérer. "La saison 2 de La Servante écarlate est brutale, et pas grand chose de plus", critiquait le New York Times en 2018.

"Pour contrebalancer cette violence gratuite, les créateurs ponctuent les épisodes de moments pseudo-féministes", comme "des grandes démonstrations de rébellion" peu crédibles au sein d'un état totalitaire, tançait aussi Slate en juillet dernier.

SCIENTOLOGUE ET FÉMINISTE

En interprétant le premier rôle de June, une Servante, Elizabeth Moss a définitivement bâti sa réputation d'actrice féministe.

"J'essaie toujours de faire en sorte que mes personnages deviennent des héroïnes et représentent le féminisme", confiait en août au Times l'Américaine de 37 ans, qui s'était déjà distinguée en jouant Peggy Olson dans la série "Mad Men".

Mais la vie personnelle de l'actrice fait jaser. "La Servante écarlate" dénonce une république dirigée par une secte religieuse, alors qu'Elisabeth Moss appartient elle-même à l'église de Scientologie. L'actrice a plusieurs fois rejeté la comparaison.