L'un des plus grands festivals de France s'installe au Luxembourg, à Esch-sur-Alzette, dès septembre, avec Julien Clerc et Shaka Ponk à l'affiche.

Les Francofolies débarquent au Luxembourg ! C'est à Esch, future capitale de la culture (en 2022), qu'il va s'implanter et ce pour les cinq prochaines années. Aux manettes, on retrouve KDTS, entreprise organisatrice dont les bureaux sont situés à Bertrange, et la Ville d'Esch-sur-Alzette bien sûr. Cela fait un an que le projet est dans les cartons.

Un premier "test" aura déjà lieu du 6 au 8 septembre prochain, avec à l'affiche Julien Clerc (le 6 au Théâtre), Mat Bastard (Skip the Use) et Shaka Ponk (le 7 à la Rockhal) et des concerts gratuits le dernier jour.

"ON NE RÉUSSIRA PAS TOUT, TOUT DE SUITE"

Si le festival attire environ 150.000 personnes chaque année à la Rochelle en France, les organisateurs n'ont pas d'objectifs précis quant au nombre de festivaliers attendus à Esch.

"Pour l'instant, notre réflexion porte essentiellement sur l'intégration et le développement du festival dans la ville, explique Jean-Serge Kuhn, directeur de KDTS. On ne réussira pas tout, tout de suite. C'est pour cela qu'on a conclu un accord sur cinq ans. Ça nous permettra de bâtir une identité en s'appuyant sur tous les acteurs culturels de la ville. Le nombre de festivaliers dépendra de ça, en plus de la programmation qui se voudra de premier plan."

La Rockhal et le Théâtre sont d'ores et déjà partenaires du festival et les organisateurs sont en discussion avec la Kulturfabrik. Le festival se veut naturellement l'ambassadeur de la Francophonie, avec une programmation aussi riche et variée qu'à La Rochelle, mais une "grande part sera laissée aux artistes luxembourgeois." Ainsi, un groupe 100% luxembourgeois pourrait être créé afin d'accompagner les artistes français.

"ESCH EST UNE VILLE QUI BOUGE DE PLUS EN PLUS"

Les choses sérieuses débuteront donc véritablement en 2019 avec un festival toujours programmé sur trois jours, mais plus dense. "On prépare quelques surprises, et ça demande du temps" souligne Jean-Serge Kuhn, qui par ailleurs est proche d'Olivier Toth, le directeur de la Rockhal. "On a senti beaucoup d'enthousiasme de la part de la Ville" note le patron de KDTS.

Le challenge pour ces Francofolies sera aussi de séduire des fans de musique française, loin de l'effervescence de la Capitale. "Mais Esch est une ville dynamique qui bouge de plus en plus, dont l'offre culturelle très riche séduit déjà beaucoup de monde. Et la perspective de 2022 va nous offrir une belle impulsion."