Selon une étude chinoise controversée, les personnes de groupe sanguin O sont davantage protégées que les autres groupes contre le covid-19.

L'étude a été publiée en début de semaine et commence à faire parler d'elle. Menée par des chercheurs de l'Université de Shenzhen, en Chine et publiée dans la revue médicale MedRxiv, elle démontre, chiffres à l'appui, que les personnes de groupe O sont moins exposées au Covid-19 que les autres. Ainsi, elles ont un risque d'infection 33% moindre tandis que les personnes de groupe A ont 20% de risque supplémentaire d'être infectées.

La démonstration des chercheurs chinois s'appuie sur des données médicales concernant 2173 individus infectés par le virus et hospitalisés dans trois hôpitaux de Wuhan et de Shenzhen (10 % d'entre eux sont décédés à cause du virus). Ces patients ont été comparés à 3694 habitants de Wuhan non-contaminés par le Covid-19, ce qui a permis aux scientifiques de constater que "les personnes du groupe sanguin A ont un risque significativement plus élevé d'être atteints par le coronavirus Covid-19, tandis que les personnes du groupe sanguin O ont un risque moins important". Le sexe ou l'âge d'une personne, n'ont, du reste, aucun impact sur ces constations.

LA DOUBLE DÉFENSE DU GROUPE O

Des médias français, à commencer par France Inter, font référence à une étude (française elle aussi) publiée en 2003 et qui avait déjà démontré que certains groupes sanguins étaient plus susceptibles de contracter le coronavirus SRAS. Le SRAS est également un coronavirus et engendre un mécanisme de défense vraisemblablement proche de celui luttant contre le covid-19.

Cette étude datant de 2003 expliquait ainsi que les personnes de groupe sanguin O ont naturellement des anticorps Anti A et Anti B, constituant une double défense face au virus, contrairement au groupes A (qui ne dispose que d'anticorps Anti B) et au groupe B (anticorps Anti A).

L'étude chinoise ne dit rien sur les personnes de groupe B, probablement "parce que l'échantillon est trop peu important" estime Jacques Le Pendu, directeur de recherche à l'INSERM au laboratoire de recherche en cancérologie et immunologie Nantes-Angers (INSERM-Université de Nantes), interrogé par France Inter.

Cette étude suscite donc des interrogations. Certains médias n'hésitent pas à parler de "fake news". C'est le cas de Le Soir (Belgique), qui précise que "Selon Emmanuel André, professeur de médecine à la KU Leuven et membre du laboratoire de référence coronavirus, aucune donnée scientifique ne valide aujourd’hui de telles informations." Bref, quel que soit votre groupe sanguin, le plus sûr est de rester prudent et d'appliquer les mêmes règles d'hygiène et de confinement.