En déconfinant, le gouvernement luxembourgeois répondrait à la demande de nombreux citoyens, mais pas seulement. Il prouverait également que la confiance est un principe qui doit aller dans les deux sens.

Cela fait maintenant plus d'un an que les citoyens subissent la peur, l'isolement et les injonctions des autorités sans broncher. La population a renoncé à ses droits les plus fondamentaux pour que la crise puisse être contrôlée. Et pendant longtemps, une grande majorité des citoyens a respecté les règles. Rester chez soi, ne plus recevoir, ne plus sortir, ne plus voir ses proches, passer les fêtes en (très) petit comité... Les efforts de tout un chacun ne se comptent plus.

Les nerfs sont désormais usés. La patience s'est estompée et le manque de distractions a eu raison de la prudence de certains. Et peut-on vraiment les blâmer? Cela fait maintenant un an que les plus jeunes sacrifient leur jeunesse, que les travailleurs ne font que travailler et que les personnes âgées s'isolent. Le Premier ministre revient souvent sur les effets des restrictions sur notre santé mentale, mais rien n'est fait pour que la population puisse décompresser et penser à autre chose qu'au coronavirus.

Et les contradictions évidentes entre le discours du gouvernement et les mesures mises en place ces derniers mois n'arrangent rien. Ouvrir les centres commerciaux, mais maintenir les restaurants et cafés fermés. Permettre la reprise du sport professionnel, mais pas du sport amateur. Relancer le secteur culturel, mais l'encombrer de tant de restrictions qu'il en perd son attractivité. Je ne serai ni le premier ni le dernier à relever ces incohérences.

Nous faisons, de surcroît, face à la menace des nouveaux variants et à une campagne de vaccination qui ne se déroule pas comme prévu. Nous nous trouvons face à un précipice et il est temps que le gouvernement fasse le pas et montre qu'il a confiance en sa population.

Les citoyens du Grand-Duché savent désormais à quoi ils ont à faire. Ils connaissent les gestes barrière, ils ont accepté le port du masque, ils participent au Large Scale Testing et personne, pas même les plus imprudents, n'a l'intention d'aggraver la situation en ignorant tout ce qui a été construit jusqu'ici. Et s'il y a peut-être, une minorité de gens qui ne respecte pas les gestes barrière ou le port du masque, croyez-vous vraiment que les restrictions mises en place jusqu'ici les aient jamais découragés?

À ce stade, déconfiner n'est plus une contingence, c'est devenu une nécessité. Pour les restaurateurs, pour les cafetiers, pour les hôteliers et pour tous ceux qui n'en peuvent plus du rythme infernal imposé par les restrictions ("maison, boulot, dodo" ou "maison, école, dodo"). Le temps est venu pour le gouvernement de faire confiance à son peuple, comme le peuple l'a fait aux dernières élections.