Les événements de ces derniers jours ont montré que la xénophobie était rapidement dénoncée. Néanmoins d'autres formes de racisme plus subtiles sont rarement remises en question.

C’est une photo où le ministre des Affaires étrangères pose avec des bénéficiaires de protection internationale - photo qu'il a publiée lui-même sur les réseaux sociaux – qui a provoqué des réactions racistes et xénophobes. Une des vice-présidentes de l’ADR pensait y avoir trouvé l'occasion d'alimenter la peur des réfugiés en détournant l'image.

Elle y apposait un titre sarcastique et ajoutait qu’au "Luxembourg, il faudrait enfin s’occuper des Luxembourgeois". Sylvie Mischel exploitait ainsi des tendances xénophobes, mais aussi la conviction on ne peut plus raciste qu’un Noir ne peut pas être un Luxembourgeois. Parmi les membres de l’ADR, les uns ont partagé ou "aimé" la publication, d’autres s'en sont distancié et ont demandé des sanctions. Les présidents des partis socialistes, des verts et des chrétiens-sociaux ont dénoncé cette publication.

Quelques jours plus tôt, la Chambre des députés partageait sur les réseaux sociaux une autre photo, qui visait aussi à faire peur d’un homme noir. Mais dans ce cas, en revanche, pas de réactions. Sur cette photo, on voit le président du parlement accompagné de St Nicolas et son compagnon traditionnel "Houseker" (père Fouettard). L’homme déguisé en Houseker a le visage complètement maquillé de noir.

Bien sûr, on n’est pas du tout dans le même registre – le but de cette photo n’est pas d'exploiter des peurs racistes, mais de célébrer une tradition. On peut penser de manière assez sûre que, ni le président de la Chambre, ni l’homme déguisé en Houseker, n'exprime ici quoi que ce soit de raciste.

Cela dit, il n’y a pas que l’intention qui compte, mais aussi l’effet. Personne ne s’est posé la question de l’impression que donnent le maquillage et le costume. C’est tout simplement un message aux enfants: il faut avoir peur de l'homme noir. En effet, dans la légende du Houseker, on ne trouve aucune raison de lui noircir le visage, pas plus le Père fouettard que le Houseker ne sont décrit comme des personnes de couleur.

De nos jours, il est inconcevable de voir un acteur blanc jouer un personnage noir dans un film. Aux Pays-Bas, les activistes anti-racistes luttent depuis des années contre le costume du "Zwarte Piet", le compagnon du St Nicolas néerlandais. Selon la légende, c'est un enfant d’esclaves, qui est souvent joué par des blancs qui noircissent leurs visages. Au Luxembourg, quand  le "Houseker" devient noir, cela ne chiffonne personne.

À la suite de sa publication et des réactions qu'elle a suscitées, Sylvie Mischel a démissionné de ses fonctions au sein du parti après avoir été convoquée par le président. Le comité exécutif de l'ADR a pris ses distances par rapport aux réactions provoquées par la publication, mais pas par rapport à son contenu.

Il est tout à fait possible que l’ADR ait utilisé les propos - qui dépassent les limites de l'acceptable - de certains de ses membres, simplement pour qu’on parle du parti. Il est impératif de dénoncer le racisme et la xénophobie, surtout lorsqu'ils émanent de députés.