La sécurité routière serait-elle une notion idéologiquement teintée, à l'image des stop rouges, feux verts et autres priorités à droite? Petit exercice satirique du président de la Sécurité Routière, Paul Hammelmann.

La nouvelle vient de tomber: le parlement français a adopté la loi qui assouplit la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, loi communément appelée "LOM" (loi d’orientation des mobilités), probablement pour la rendre plus sympathique puisque "LOM" se rapproche chouettement de "l'OM" (l’Olympique de Marseille) ou encore pour la rendre plus réaliste, "LOM" pouvant être confondu avec "LOB", diminutif jadis utilisé en milieu clinique pour "lobotomie", pratique consistant à sectionner le lobe cérébral et ipso facto à une diminution conséquente des facultés intellectuelles.

La loi "LOM" a été votée par 116 voix "pour" (majorité parlementaire) et 46 voix "contre" dont le PS, c'est-à-dire le groupement qui, comme "Prince" (the artist formerly called Prince) s’appelait jadis "parti socialiste".

En Allemagne, ce fut au mois de mai déjà qu’une proposition de loi qui visait à introduire une limitation de vitesse sur autoroute présentée par "les Verts" fut rejetée par la coalition gouvernementale (CDU-CSU et SPD).

D'un côté un parti socialiste donc, qui pour des raisons d'opposition gouvernementale, s’insurge contre un abaissement de la vitesse, et de l’autre côté un parti tout aussi socialiste (sic) qui, pour des raisons de politique politicienne, plaide pour un abaissement de la vitesse.

Dans les deux pays cependant, les Verts, pour des raisons souvent différentes (climat – sécurité routière), plaident pour la même cause, à savoir une conséquente limitation de la vitesse.

Est-ce à dire que la notion de sécurité sur les routes est une notion idéologiquement teintée, une notion qu’une couleur politique voudrait s’approprier plus qu’une autre?

Et quelle serait alors la couleur à choisir?

La réponse à la question se prête facilement à un exercice satirique:

Premier constat: la Sécurité Routière n’est certainement pas rouge! Tous les antipathiques panneaux sont rouges: le Stop, le sens interdit, le bouchon… c’est le feu rouge qui nous arrête.

Les panneaux bleus, en revanche, sont permissifs… allant souvent de pair avec le feu vert. Un signe avant-coureur d’une coalition à la "Gambie"?

Alors, la Sécurité Routière serait-elle de droite??

Nous connaissons la priorité à droite, un message subliminal pour voter à droite?

La gauche a depuis toujours mauvaise renommée: la plupart des gens sont droitiers, ce sont les "adroits", les autres sont des "maladroits", donc un peu "gauche". Ne dit-on pas les "droits de l’homme" et non pas "les gauches de l’homme"?

Zut!

Mon colocataire m’avertit qu’ici je fais dans le politiquement incorrect: il faut dorénavant éviter l’appellation "droits de l’homme" parce que de la sorte on fait abstraction de la femme (sic!), mais utiliser celle de "droits humains".

Or je me vois mal plaider à Strasbourg devant la "Cour Européenne des droits humains" ("Europäischer Gerichtshof für Menschenrechte" ou "European Court of human rights"et invoquer des "droits humains" (re-sic!) pour contrer le droit inhumain dans certains Etats.

Mais tant qu’on y est: je ne ferai dorénavant plus dans le politiquement incorrect et n’appellerai plus jamais le Ministère public "Parquet" (cette fameuse erreur du menuisier), responsable du déboisement planétaire, mais utiliserai le terme "tapis plain" (ou moquette en français de France) politiquement neutre j’espère, quitte à ce qu’entendre le représentant du "tapis plain" dire à un inculpé "Accusé, levez-vous!", cela fait un peu Cirque des ténèbres.

Au "tapis plain général" donc la "mission impossible" de clarifier la terminologie!

Mais revenons donc à la sécurité routière. Si vous allez en Italie, les choses empirent: ici la droite s’appelle "la destra" et la gauche "la sinistra", origine du mot "sinistre", catastrophe, accident!

Second constat: au Royaume-Uni la conduite se fait à gauche et tout est différent!