On parle beaucoup des fous du volant, mais jamais des "mous" du volant. C'est pourtant un vrai problème.

Au pays des grosses cylindrées, on imagine des automobilistes qui ont soif de vitesse, mais la réalité n'est pas aussi simple. Alors oui, on tombe tous occasionnellement sur un conducteur qui pense avoir des choses à prouver sur la route. C'est le genre de personne qu'il vaut mieux laisser passer sous peine d'assister ou d'être impliqué dans un grave accident de la route sans l'avoir cherché.

Aujourd'hui, je ne veux pas parler de ces inconscients mais plutôt des autres. De ceux qui pensent bien faire en roulant lentement. De ceux qui sont à l'origine de bouchons là où il n'y en a jamais. De ceux qui pensent assurer la sécurité des autres en bloquant les automobilistes derrière eux. De ceux qui forcent des personnes tout à fait raisonnables à dépasser sur les routes nationales. De ceux qui sont à l'origine de milliers de freinages d'urgence sur nos autoroutes... Enfin, de ceux qui sont à l'origine de centaines d'accidents mais qui ne sont (presque) jamais inquiétés.

Parce que rouler trop lentement, c'est tout aussi dangereux que rouler trop vite. L'impact de ces délits est simplement plus difficile à quantifier. J'utilise le terme "délit" parce que contrairement à ce que l'on pourrait penser, rouler trop lentement est punissable au Luxembourg. Pas que la police ne se soit donné la peine de communiquer à ce sujet...

En effet, au Grand-Duché, conduire trop lentement est passible d'une amende de 49 euros (seulement). En agglomération, toute personne roulant 15 km/h en dessous de la limite peut se voir sanctionné. En dehors des agglomérations, cette limite est établie à 20 km/h (clin d’œil à ceux qui restent bloqués à 70 km/h sur les routes nationales). Enfin, sur les autoroutes, ceux qui roulent 25 km/h en dessous de la limite soit, en dessous de 105 km/h doivent normalement être sanctionnés.

Capture d'écran du site de la police grand-ducale / © Police Luxembourg

J'en profite pour rappeler à ceux qui entrent sur l'autoroute à 70 km/h que la voie qu'ils empruntent pour y arriver s'appelle une voie d'ACCÉLÉRATION. Si l'amende ou le risque d'accident ne vous font pas peur, le code de la route vous fera peut-être réagir.

Je mentionnerais aussi le fait que les deux (ou trois) voies existent pour de bonnes raisons sur nos autoroutes. La voie de droite est censée être "la voie lente" et celle de gauche "la voie rapide". Un concept qui semble avoir échappé à un bon nombre d'usagers qui hésitent souvent entre bloquer la voie de gauche à 100 km/h et déboîter sans aucune raison apparente et encore mieux: sans accélérer.

Soyons clair, cet édito n'est pas une apologie de la vitesse. Les limites de vitesse ont été fixées pour de bonnes raisons, c'est indiscutable et c'est exactement ce que je défends. Personne ne vous demande de rouler à 150 km/h sur l'autoroute pour contenter les "énervés" du volant mais si vous comptez rouler à 110, ayez l'obligeance de vous ranger sur la voie droite.

De même pour ceux qui bloquent les routes nationales. Si vous voulez rouler doucement, grand bien vous en fasse mais laissez passer les autres automobilistes, allez jusqu'à leur indiquer si quelqu'un vient dans l'autre sens afin qu'ils puissent dépasser comme le font de nombreux routiers (merci messieurs et mesdames entre autres!).

Au risque de me faire pendre sur la place publique, je pense qu'il était nécessaire d'aborder le sujet et qu'il faudrait peut-être même penser à être plus sévère avec ces "mous du volant" vu le danger qu'ils représentent. Pourquoi pas fixer des amendes plus sévères et introduire la perte d'un point (ou plus) quand ce comportement est observé sur l'autoroute ou sur les routes nationales?