Jeudi soir, Dudelange m'a rappelé pourquoi j'aimais le football. Les Luxembourgeois ont une nouvelle fois prouvé qu'ils en avaient dans le ventre.

Dudelange a tout donné jeudi. Tout donné pour un rêve: rééditer l'exploit de l'année dernière et décrocher une nouvelle qualification pour la Ligue Europa. Mission accomplie dans un stade Josy Barthel à moitié vide. Pas que ça ait influencé les joueurs du F91 qui ont été exemplaires!

Pourtant, tout avait mal commencé. Surpris en début de rencontre, les Dudelangeois sont passés à deux doigts de prendre plusieurs buts et ont fini par craquer à la 24e minute. Et, comme si le sort s'acharnait, c'était à nouveau Lima qui battait Joubert qui venait pourtant de repousser un penalty... L'équipe d'Ararat allait-elle en finir avec les rêves de l'équipe luxembourgeoise? C'est ce qu'on a cru.

La réaction des Dudelangeois a été magistrale. Ils ont tenu le coup et sont restés calmes jusqu'à la pause, ce qui n'est pas une mince affaire lorsqu'on est aux portes de l'Europe! Puis ils sont revenus des vestiaires... Ce qui a suivi nous a ébloui. Transformée, l'équipe de Dudelange a pris le taureau par les cornes et est allée chercher les deux buts dont elle avait besoin. La suite, on la connaît.

Sinani, Stolz, Joubert: à mes yeux, ce sont les trois architectes d'un triomphe qui s'inscrira durablement dans l'histoire du football luxembourgeois. Pas que les autres joueurs aient démérité. Au contraire! Jeudi soir, le F91 n'a pas seulement obtenu sa deuxième qualification de suite.

Il nous a fait croire. Croire que le football luxembourgeois pouvait se faire une petite place au sein de l'élite du football européen. Croire que l'on accueillera régulièrement des grosses écuries au Luxembourg. Croire que le football luxembourgeois peut se professionnaliser. C'est simple, avec Dudelange, tout semble désormais être possible!

Bravo messieurs!