Un monstre imprévisible a frappé le Luxembourg. Brutalement, il nous a adressé un funeste présage climatique... Mais après la tempête souffle parfois un magnifique vent de solidarité.

Non, ce n'est pas possible. C'est pas Pétange, ça. C'est un mauvais montage, des effets spéciaux tout pourris. C'est une vidéo prise dans l'Arkansas par des chasseurs de tornade… Mais ça ne peut pas se passer à Pétange, Grand-Duché de Luxembourg, Europe.

Et pourtant, les clichés et les vidéos irréelles se succèdent, les témoignages pleuvent, au Luxembourg et chez nos voisins. Une personne qui travaille dans un supermarché de Bascharage raconte ces quelques minutes de stupéfaction et d'angoisse lorsque la tornade a tout fait valser au dessus de sa tête...

Puis le calme revient, aussi brutalement qu'il a été rompu. Le spectacle parait toujours aussi surnaturel. Mais on a beau se frotter les yeux, les ravages de la tornade sont toujours là.

UN MONSTRE IMPRÉVISIBLE

Qui pouvait s'attendre à une telle tornade? Les services météorologiques avaient lancé une alerte aux orages, mais comment auraient-ils pu prévoir l'imprévisible?

Les scientifiques ont raison de redouter ce monstre météorologique, car il n'est jamais là où on l'attend. Il n'est pas rare que les ordinateurs les plus sophistiqués ignorent l'arrivée d'une tornade à moins de quelques minutes du cataclysme.

VIDEO: Tornado: Spektakulär Biller aus engem Auto eraus
...

"Le Luxembourg doit s'attendre à davantage de phénomènes climatiques extrêmes" avaient prévenu les experts lors de la COP21. Des inondations diluviennes, des tempêtes à décorner les bœufs, ou encore des canicules suffocantes comme cet été: le Luxembourg connait et s'y prépare. Mais cette puissante tornade est une exception qui vient confirmer la règle: il faudra s'attendre à tout.

LE TRAIT D'UNION DU GRAND-DUCHÉ

Mais après la tempête vient la solidarité. Les pensées se tournent d'abord vers les blessés, ceux qui n'ont plus de toit, ceux qui vont galérer pour recoller les morceau, ceux qui ont eu la peur de leur vie. Pensons aussi (on ne le fait jamais assez) à ces sauveteurs bénévoles et professionnels, qui sans relâche aident les sinistrés.

Les premières réparations ont commencé dès le lendemain du drame.

Et s'il y a bien une chose dont il faut se réjouir, c'est de ce magnifique élan de générosité, spontané et immédiat, qui a fleuri partout dans le pays. Soyons fiers de ces voisins qui ont ouvert leurs portes, de ces bienfaiteurs anonymes qui ont fait des dons, de ces bras qui commencent déjà à réparer les dégâts, de ces petites et grande entreprises qui s'associent à l'effort collectif, et même de ces politiques qui savent s'effacer derrière l'impérieuse priorité donnée aux victimes.

De tels drames sont souvent l'occasion de vérifier si les "coutures" du lien social sont solides. Nul doute, après ce 9 août 2019, qu'elles se sont resserrées.