Ne riez pas, c'est une question très sérieuse posée par des enfants à un journaliste... qui a attrapé un coup de vieux.

"Mais si, le Luxembourg est plus riche que la France!" clame une jeune fille. Sa voisine roule les yeux au ciel: "Mais non, c'est pas possible, la France, c'est genre mille fois plus grand!"

Débat enflammé, un beau matin, dans un bus de la ligne 18. Un bus envahi par une horde d'enfants qui rejoignent l'école européenne au Kirchberg. Ça crie, ça rigole, bref, ça change de l'habituelle soupe à la grimace.

C'est alors que je surprends cette conversation digne d'une pause-café dans un Big Four: des enfants causent finance. Et pas d'inflation de l'argent de poche. Non non. Ces gamines n'ont pas encore soufflé leurs dix bougies, et elles se préoccupent déjà du PIB!

ÊTRE PLUS RICHE DANS UN PAYS... MOINS RICHE?

"Je suis sûre que le Luxembourg est plus riche. Plus riche que des États-Unis même" persiste la fillette.

Elles finissent par remarquer que leur débat m'amuse. "Le monsieur a tout entendu. Monsieur, c'est vrai ou pas, le Luxembourg est-il plus riche que la France?" me demande une fille.

"Désolé, mais non, le Luxembourg n'est pas aussi riche que la France, et encore moins que les États-Unis" dois-je répondre.

"Ha, tu vois!" crie, victorieuse, sa voisine.

Mais je nuance: "Attention, la richesse du pays, ce n'est pas pareil que la richesse des habitants. Car là, oui, les Luxembourgeois sont plus riches que les Français..."

"Ha, j'avais raison en fait" rétorque la première. "C'est pas clair" ajoute une autre.

Zut, pas le temps de leur expliquer: le bus s'arrête à l'école européenne et nos économistes en herbe doivent descendre. Pour me rattraper, voici donc deux petits graphiques qui montrent pourquoi le Luxembourg est moins "riche" que la France (premier graphique), même si les Luxembourgeois sont plus riches que les Français... et que la grande majorité des autres habitants du globe. Ainsi, les habitants du Grand-Duché sont en moyenne 3,5 fois plus riches que la moyenne européenne. Une étude publiée en 2016 par le magazine Global Finance, et qui se basait sur le PIB par habitant (second graphique) mais aussi le pouvoir d'achat, a même affirmé que le Luxembourg était le deuxième pays le plus "riche" du monde.

Graphique RTL

Graphique RTL

Quant à la question du pourquoi, je propose à leurs parents d'expliquer cela grâce à la bonne vieille métaphore du gâteau: prenez un petit gâteau (le Luxembourg) et un gros gâteau (la France), partagez le premier en quelques grosses parts, et le second en une multitudes de plus petites parts. L'explication sera peut-être simpliste, mais plus digeste qu'un long discours.

"PLUS TARD, JE VEUX ÊTRE RICHE"

Tout ça, c'est bien joli, mais reste la question: pourquoi ces enfants se préoccupent-ils déjà de richesse nationale, à leur jeune âge?

Il s'agit peut-être d'une version "école européenne" de la traditionnelle compétition pour savoir qui a les parents les mieux nantis (on l'a tous fait, allez). Sauf que ces enfants de résidents et d'expatriés ne comparent plus seulement le portefeuille de leurs parents, mais aussi celui de leurs pays d'origine. Et comme la richesse du Luxembourg suscite orgueil et jalousie de part et d'autre des frontières, ces enfants doivent sûrement s'inspirer des discussions des "grands" lors des repas familiaux...

Il parait que les nouvelles générations se préoccupent de plus en plus tôt d'argent, au point de reléguer la famille, les amis et la santé au second rang de leurs priorités pour le futur... "Plus tard, je veux être riche!" répondraient les enfants du nouveau millénaire à leur conseiller d'orientation...

Espérons que non. Ce qui est sûr, c'est que la tendre enfance devrait être davantage le temps de l'innocence que celui de la finance. Laissons-leur la chance de se préoccuper des choses simples et joyeuses de leur âge, avant qu'ils ne doivent décider si l'argent fait finalement tant le bonheur...