Parlons d'un sujet qui divise au Luxembourg... et en France: la limitation de vitesse à 80km/h.

Une manifestation de motards à Nice m’a fait rater mon avion de retour. Une manifestation pour revendiquer une limitation de vitesse recadrée sur 90 km/h au lieu des 80 km/h en vigueur depuis juillet 2018 en France. Alors que le Premier ministre Edouard Philippe avait justement annoncé, courant de la dernière semaine, laisser la possibilité aux départements de ne plus se limiter aux 80 km/h! Mais comme en France toute idée, aussi saugrenue soit-elle, est bonne pour partir dans les rues…

Et pourtant ce même Edouard Philippe avait début 2018 pris un engagement ferme pour la limitation de vitesse du réseau routier national, hors autoroutes et voies rapides, à 80 km/h pour que plus "personne ne se résigne à ce que chaque année en France il y ait plus de 3.600 morts sur les routes et près de 25.000 personnes gravement blessées".

RÉTROPÉDALAGE

Pourquoi donc rétrograder, alors que les recherches prédisaient un abaissement conséquent de ces chiffres, et que les statistiques n’ont même pas eu le temps de dégager un résultat portant sur une (une!) année?

Pourquoi laisser le libre choix aux départements, alors que justement une limitation générale de 80 km/h au lieu des 90 km/h était de mise sur l’intégralité du territoire français sans devoir mettre en place une signalisation spécifique?

Pourquoi compliquer la circulation de cette façon gratuite alors qu’en Union Européenne déjà il n’y a pas de règle uniforme et qu’en l’absence de frontière en l’espace Schengen pour le moins, le chauffeur averti ne sait pas nécessairement sur quel territoire il circule et quelle est la limitation de vitesse imposée ?

Pourquoi dès lors créer sur un territoire national une complication supplémentaire dans l’esprit des chauffeurs bien intentionnés qui veulent respecter le Code de la route, mais ne sachant pas nécessairement dans quel département ils se trouvent, vont nécessairement se voir verbaliser sans la moindre malveillance?

Pourquoi annihiler de la sorte l’effet pédagogique des radars et encourager les ragots du café de commerce prétendant que les radars ne sont rien d’autre qu’une machine à faire du fric de la part de l’Etat ?

Serait-ce parce que le Gouvernement français a perdu les pédales devant tous les mouvements protestataires et -sans vouloir entrer dans le fond du problème social (!)- qu'il revient sur des sujets qui fâchaient en marge une certaine catégorie de personnes peu responsables?

NATION BRANDING À CANNES

P.S. : Comme cette manifestation de motards m'a fait rater mon avion de retour, j’en profite pour passer une journée de plus auprès des amis luxembourgeois dans l’ambiance non pas feutrée, mais laborieuse du festival du film à Cannes.

Et je m’en voudrais de ne pas féliciter toute l’équipe autour de Guy Daleiden, à savoir Frutz, Schoki et Nicole pour le grand professionnalisme et l’impeccable organisation avec lesquels il et elles entourent le petit et entre-temps grand monde du cinéma luxembourgeois dans cet énorme cirque mondial des arts… et du commerce.

Le Luxembourg, encadré par son Premier ministre à Cannes, c’est du "nation branding" de la plus élégante catégorie!

Paul Hammelmann, président de la Sécurité Routière.