Vous pensez qu'un papa ne peut être qu'un spectateur durant la grossesse? Une sage-femme "haptonome" au Luxembourg m'a démontré que j'avais un super-pouvoir caché qui me permettait de communiquer avec mon bébé...

Comme tout futur papa un peu basique, je pensais qu'un homme ne pouvait qu'assister à la grossesse de sa femme. Être bien sûr solidaire, à l'écoute et l'épauler, mais être surtout coincé sur le banc de touche, spectateur de l'interaction privilégiée de la maman avec le bébé. Car le mini-nous, bah il est dedans. Et moi, bah je suis dehors. C'est logique.

Mon interaction avec le bébé se limitait donc à satisfaire ses envies primordiales de pizza quatre fromages (car la pauvre maman n'y est évidemment pour rien - lol-), ou à chanter du System of a Down près du ventre pour l'apaiser (là, la pauvre maman n'y est vraiment pour rien, -lol-). Tout ça en attendant le Saint-Graal du futur daron: sentir le premier tacle involontaire du petit pied contre mes mains (carton rose là, oh!)...

Et puis l'autre jour, un pote, jeune papa, m'a conseillé d'aller voir une sage-femme qui pratique l'haptonomie. L'hapto-hein? "Tu vas voir, c'est impressionnant. En mettant la main sur le ventre on peut interagir avec le bébé. Pour moi en tout cas ça a vraiment marché, et je crois même que c'est aussi pour ça que je m'entends aussi bien avec mon fils aujourd'hui...".  Pas tout compris, et ça a l'air chelou son truc... mais ça se tente. Direction donc le sud du Luxembourg pour rencontrer une certaine Béatrice Ansiaux.

L'HAPTONOMIE: MAIS QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE TRUC?

Sur la route, des questions m’assaillent: vais-je vraiment pouvoir communiquer avec mon futur bébé? Est-ce qu'il va falloir retenir des enchaînements spéciaux compliqués, comme à Street Fighter? Vais-je trahir mes gènes ancestraux de mâle en m'impliquant si tôt?

Béatrice Ansiaux nous accueille dans un cabinet médical à Niederkorn. Cette sage-femme belge a suivi une formation d'haptonomie en 2005, durant près de trois ans. Elle a ensuite rejoint la clinique Bohler où elle a été responsable de la préparation aux naissances et a débuté ses activités d'haptonome. Une clinique qu'elle a quittée pour se consacrer à plein temps à cette spécialité. Bref, elle maîtrise son sujet.

Béatrice Ansiaux en pleine "discussion" avec le bébé. / © Romain Van Dyck

L'haptonomie, explique-t-elle, "fait partie des sciences humaines, c'est une science de l'affectivité. Ça vient du grec "Hapto" qui veut dire toucher. Car le toucher, c'est le premier sens qui va apparaître chez les petits bouts. C'est aussi le premier qui va être utilisé après la naissance." L'haptonomie vise à intégrer le papa, car souvent la relation du bébé est fusionnelle uniquement avec la maman. Et s'il fallait résumer cette pratique? "C'est une invitation. On met la main sur le ventre et on invite le bébé à venir sous la main. Ce n'est pas une relation contraignante."

OK, C'EST BEAU LA THÉORIE, MAIS EN PRATIQUE?

Pour la pratique, pas besoin de matériel, ni de mode d'emploi compliqué. La maman s'installe confortablement... et profite! Car pour le coup, c'est le papa qui va devoir se remonter les manches (un peu), même si la maman ne restera pas inactive et accompagnera les gestes du papa en prenant également contact avec le bébé.

Voici le premier exercice. Le papa s'installe à ses côtés ou à ses pieds pour pouvoir placer ses mains confortablement sur le ventre de la maman, "comme s'il tenait un ballon" résume Béatrice (du calme les footeux). "L'important, est d'avoir un toucher bienveillant, ne pas appuyer fortement ou timidement, mais avec tendresse". On débute donc en "tenant le ballon" et en le déplaçant très légèrement de gauche à droite, pour marquer sa présence. Puis on vient placer une main au-dessus du bébé, avec l'aide de la maman si on ne le situe pas. Sans déplacer la main, on imprime alors une légère pression de haut en bas, comme une vague. Ce mouvement va permettre de susciter de premières interactions. Mais le meilleur reste à venir: en déplaçant ensuite la main, et en réimprimant ce mouvement de vague... le bébé pourra se déplacer pour rejoindre notre main! 

Mais ce n'est qu'un début, car les exercices suivants vont permettre d'approfondir cette communication et d'améliorer le bien-être de la maman et du bébé jusqu'à la naissance... et au-delà. À noter que le toucher n'est pas le seul sens mobilisé: le papa est aussi invité à parler au bébé. Il ne faut pas craindre le ridicule, mais pas non plus raconter ses problèmes de bureau (car le bébé s'en carre l'oignon). Mais rappelons que le bébé, à partir d'un certain âge, est sensible aux sons, et l'est d'autant plus aux émotions qui émanent de la voix grave et singulière de son papa...

Voici une petite vidéo explicative réalisée par les Hôpitaux Robert Schuman: 

L'HAPTONOMIE, EST-CE QUE ÇA MARCHE?

L'AVIS DU PAPA: On va pas se mentir, lors des premiers exercices, j'ai rien senti du tout. Ou plutôt: je n'étais pas sûr que la communication était bien établie, car il était difficile de certifier qu'un mouvement était bien celui du bébé ou au contraire une respiration de la maman, une contraction ou une vue de l'esprit. Mais ma femme, elle, a rapidement confirmé que le bébé était au bout du fil! Il a répondu à mes appels lorsque je tenais le ventre au début de l'exercice, et a suivi ma main lorsque je l'ai déplacé. Et rebelote lors des exercices suivants. Je ne me suis mis aucune pression. Si un soir, j'étais fatigué, mal luné, ou bien le bébé ne réagissait pas, je n'insistais pas, point barre. Petit à petit, c'est devenu autant un moment de complicité avec le bébé qu'avec la maman. Et c'est comme cela qu'un jour, j'ai eu enfin la certitude d'avoir échangé avec mon bébé. Du bout des doigts certes, mais j'ai bien ressenti que mon bébé avait suivi ma main et m'avait fait un "check"! Les séances suivantes m'ont permis d'améliorer ma sensibilité, mais aussi d'apprendre des techniques efficaces pour soulager un peu les douleurs liées à la grossesse. Bref, l'haptonomie, c'est touchant, dans tous les sens du terme, et ça ne peut pas faire de mal de s'y essayer.

L'AVIS DE LA MAMAN: Je connaissais la théorie de l’haptonomie car plusieurs amies avaient tenté l’expérience avec plus ou moins de succès. J'ai donc été très surprise quand mon homme a entendu parler de cette pratique, j'attendais d'ailleurs que la grossesse soit un peu plus avancée pour lui soumettre l’idée, car à ce moment-là, même moi je ne sentais pas le bébé bouger.
La première séance s’est très bien passée. Notre bébé a tout de suite répondu à la sollicitation de Béatrice, puis celle de mon mari. J’ai été surprise que cela fonctionne si bien dès les premiers exercices. C’est devenu notre petit rituel du soir qui est attendu par tous les membres de la famille (même bébé se met à bouger quand c’est l’heure de l’haptonomie)! On laisse nos soucis à la porte de la chambre pour un petit quart d’heure magique. C’est très addictif, un pur moment de bonheur et de complicité entre nous. C’est aussi très étonnant de ressentir comment un petit être peut si vite avoir compris que papa est là et que c’est très sympa de se coller à sa main et de bouger quand il la déplace.
La deuxième séance a été très différente de la première. Pour celle-ci les exercices visent plus à me soulager du poids de bébé et les douleurs lombaires qui y sont liées. C’est très agréable, en revanche, je trouve que le bébé est moins réactif. En tout cas, j’ai hâte d’être à la prochaine séance pour découvrir de nouvelles façons de communiquer avec notre bout de chou en attendant qu’il pointe le bout de son nez.

Pour en savoir plus: le site web sages-femmes et haptonomie au Luxembourg.