Bienvenue à bord de ce simulateur de vol. Nous allons essayer de vous emmener sur une île paradisiaque à bord d'un Airbus A320 et d'un hélicoptère Bell206.

Être assis dans le fauteuil du pilote d'un avion, la manette des gaz à votre droite et des boutons qui clignotent tout autour de vous: franchement, qui n'en a jamais rêvé?

Hélas, c'est oublier que beaucoup ont une peur bleue de ces paquebots du ciel.  "Souvent, les personnes ne supportent pas d'être enfermées, assises, sans pouvoir rien faire s'il arrive quelque chose" explique Jean-Michel Sanson. "Certains se demandent aussi comment une telle masse peut tenir en l'air, pourquoi les ailes bougent, pourquoi il y a du bruit à l'arrière..."

Cette réelle souffrance peut être vaincue, explique ce responsable d'AviaSim Metz,  un simulateur de pilotage installé à Fèves (près de Metz).

LES VRAIS PILOTES VIENNENT S'Y FORMER

Ce simulateur de vol s'adresse à un large public. Les particuliers viennent pour s'amuser, pour offrir un cadeau original, mais aussi dans le cadre d'une activité "team building", car c'est un excellent exercice de concentration, de maîtrise de soi, etc. Et certains viennent donc y faire des stages pour vaincre leur stress de l'avion. "On travaille avec un psychothérapeute car souvent d'autres problèmes plus profonds peuvent expliquer cette phobie" explique Jean-Michel Sanson. Les résultats sont là: "On a des cas guéris à 100% de leur phobie de l'avion".

Mais ce simulateur n'est pas qu'un "jeu-vidéo" grandeur nature: les professionnels peuvent s'entraîner grâce à ces répliques parfaites de cockpits. "Un vrai pilote y trouve tout à fait son compte" confirme Jean-Michel Sanson. "En ce moment Airbus recrute, donc pas mal de pilotes sont passés par notre simulateur pour se former."

Nous avons pu tester deux simulateurs: l'Airbus A320, celui qui vous a certainement déjà conduit à l'autre bout du monde, et l’hélicoptère Bell 206, un hélicoptère de travail utilisé par les entreprises en raison de sa maniabilité. Voici nos impressions.

L'AVIS DES JOURNALISTES

Romain Van Dyck: "rêve de gosse, check! Oui, il s'agit d'un simulateur, mais vu que je n'espère pas piloter d'A320 un jour, cette expérience est celle qui se rapproche le plus de ce rêve! C'est assez incroyable d'ailleurs: avant de mettre les pieds dans le cockpit, je pensais qu'il me serait impossible de comprendre le fatras de boutons lumineux qui nous entourent à 180°. Mais notre formateur, un excellent pédagogue, arrive à nous transmettre les rudiments du pilotage en peu de temps. Bien installé sur le plancher des vaches, on se surprend vite à pencher la tête lors des virages! Attention, évidemment, le prix n'est pas celui d'une sortie karting (comptez 100 euros minimum)."

Thomas Toussaint: "Pénétrer dans l'antre des pilotes était clairement un rêve un peu fou. Après tout, qui n'a jamais espéré voir comment se déroule un vol depuis le poste de pilotage? C'est désormais chose faite, même si je suis bien content de n'avoir eu à poser qu'un avion virtuel et pas les dizaines de tonnes et centaines de vie qui vont avec!"