Trois de nos journalistes ont pris leur guitare, leur basse et leurs baguettes pour tester le nouvel escape game de la zone de Fèves-Semécourt.

Incroyable! En pleine tournée, notre groupe de rock et ses dizaines de milliers de fans font escale dans un petit coin de la Lorraine, à Semécourt. Enfin ça, c'est le pitch vendu par Ugo et Marine, les propriétaires de l'escape game "Rockstar Tour" installé depuis la fin février au bout du parking de la zone commerciale. Les deux ont pas mal vogué dans le monde de la musique, alors quand il s'est agi de créer leur première salle, le thème s'est très vite imposé. Et comme chez RTL 5minutes, on a des âmes de rockeurs, il fallait bien que l'on s'y colle. On vous raconte (pas tout à fait) tout. Non mais.

RAPHAËL, LE BATTEUR

Première chose à savoir quand vous passez les portes de cet escape game: pensez à un nom de groupe car c'est l'une des premières questions que l'on vous pose! Les responsables de la salle ont imaginé quelques clins d'oeil sympas durant l'expérience, qui se déroule dans les loges avant un concert assurément dantesque. "On aime réagir et improviser en fonction des échanges entre les joueurs" avouent-ils volontiers. Car bien sûr, comme dans tout escape game, un "maître du jeu" est là pour nous surveiller en permanence, ou plutôt pour nous guider, via des caméras et des micros installées dans chaque coin de la pièce. On a ainsi pu compter sur notre manageuse Carole, "chaude patate" à l'idée de nous accompagner sur scène!

© Romain Van Dyck/RTL 5minutes

Personne ici ne va trahir les secrets de cette expérience vécue sous le regard des musiciens de ZZ Top ou de Scorpions ("c'est le premier escape game consacré au rock" nous a t-on soufflé), mais on peut dire quand même que certains membres de notre groupe ont eu leur rôle à jouer. Inutile de chercher des indices dans le sol et le plafond, et s'il "faut faire preuve d'intelligence, la force n'est jamais nécessaire" nous a t-on vite précisé. Des fois qu'on aurait eu envie de tout casser, comme des vrais rockeurs (on ne défait pas une réputation si facilement).

S'il s'agissait de ma troisième expérience dans un escape game, il n'est pas toujours évident de se concentrer quand chacun essaie de trouver un sens ou une solution à une énigme. Et sans aide, nous aurions certainement mis plus de 58 minutes pour sortir de la loge. "Notre but, c'est que tout le monde sorte de la salle, même si ça doit prendre plus d'une heure" nous a t-on expliqué à notre sortie. C'est l'une des différences avec d'autres (où passé une heure la partie est finie, que l'enquête soit résolue ou non) mais les deux positions se défendent.

À d'autres moments, notre entraide nous a permis de résoudre d'autres mystères presque instantanément. C'est le lot de beaucoup d'escape games, même si certains joueurs "s'amusent à refaire les mêmes salles, sans le dire aux autres, pour les impressionner" nous a t-on confié. Les fourbes.

THOMAS, LE BASSISTE-CHANTEUR

Ce "Rockstar tour" des Francs Limiers à Semécourt avait tout pour m'appâter. Pour leur première salle, Ugo et Marine se sont creusés la tête pour proposer des énigmes adaptées aux petits nouveaux sans tomber dans la redite pour les amateurs du genre.

L'ambiance est au rendez-vous dès le traditionnel briefing d'arrivée et l'immersion est totale une fois la porte fermée. La loge jeu est richement décorée et accessoirisée en hommage aux plus grands groupes de rock et l'heure passée à l'intérieur fut rythmée – je tiens à le souligner - par une bande-son aux petits oignons. Un vrai plaisir pour les oreilles.

© Raphaël Ferber/RTL 5minutes

Notre improbable groupe de rock a été confronté à des casse-têtes suffisamment ardus pour nous mettre en difficulté sans jamais nous faire jouer de fausses notes. Et la salle nous a réservé de belles surprises que les prochains artistes de passage sauront apprécier. C'est aussi un peu grâce à l'implication de notre "game master" ("le maître du jeu" en bon français), qui est restée très attentive à nos progrès et a su nous guider habilement vers la scène et la célébrité.

Mon heure dans la peau du bassiste-chanteur des "Grands douchés" s'est conclue de la meilleure des manières puisque nous avons retrouvé notre liberté après 58 minutes. Une tournée réussie qui en appelle d'autres: Ugo et Marine nous promettent l'ouverture d'une deuxième salle, courant avril.

ROMAIN, LE GUITARISTE

Je n’avais jamais fait d’escape game, donc je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Pour une première, c’est une réussite! Aussitôt franchi la porte de notre loge, tout nous plonge dans l’ambiance et nous pousse à devenir des rock-stars… Mais l’horloge défile vite, très vite, et nos fans attendent. Il faut donc résoudre de nombreuses énigmes pour pouvoir rejoindre la scène… Tout ce qui se trouve autour de nous est un indice potentiel. La difficulté est variable, certaines énigmes vous feront éclater de rire, d’autres vous donneront du fil à retordre… Mais toujours cette petite poussée d’adrénaline quand la lumière se fait et qu’on trouve la solution!

Mention spéciale aussi pour l’ambiance musicale, qui plaira autant aux néophytes qu’aux vrais mordus de rock, qui s’éclateront à découvrir les petits clins d’oeil musicaux… s’ils ne se prennent pas trop au jeu. Un jour, nous a raconté ensuite un organisateur, un joueur était tellement concentré sur les énigmes qu’il a déclaré après que "c’était cool mais que ça aurait été mieux avec de la musique"!"

Au final, j’ai adoré jouer à Sherlock Holmes avec mes comparses durant une bonne heure. C’est d’ailleurs très "team building" car le travail d’équipe est la meilleure façon pour progresser dans les différentes pièces. Et au moment de résoudre l’énigme finale, j’ai surtout regretté de devoir déjà m’échapper!

Escape Game "Les Francs Limiers" (2 à 6 joueurs), 7 impasse Croix Blaise à Fèves/Semécourt.

© Raphaël Ferber/RTL 5minutes