Au moins trois personnes sont mortes mardi dans une fusillade survenue dans l'Etat de Washington, a annoncé la police, ce qui aggrave le lourd tribut payé par l'Ouest américain, après deux tueries de masse en Californie ces trois derniers jours.

Ce nouveau drame a eu lieu vers 03H30 du matin (11H30 GMT) autour d'une épicerie de Yakita, une ville de 97.000 habitants à deux heures de route de Seattle, selon le chef de la police locale.

Le suspect est en fuite et "pose un danger pour la population", a expliqué face à la presse cet officier, Matt Murray, en précisant que les enquêteurs n'ont "pas de mobile".

Sur place, les agents "ont retrouvé trois personnes décédées", a-t-il ajouté.

"Cela semble sorti de nulle part, il n'y avait pas de conflit apparent entre les personnes", a détaillé M. Murray. Selon la vidéosurveillance de l'épicerie, "l'homme est juste entré et a commencé à tirer."

"Puis, il est sorti hors du magasin et a tiré sur une victime, avant de traverser la rue et de tirer sur une autre personne, apparemment", a résumé le policier.

Le suspect, dont l'identité reste encore inconnue, a ensuite volé une voiture pour prendre la fuite.

Cette nouvelle tuerie endeuille l'ouest des Etats-Unis, déjà choqué par deux tueries survenues en Californie dans la communauté asiatique depuis samedi.

Lundi, sept travailleurs agricoles sont morts dans deux fermes de Half Moon Bay, près de San Francisco. Une huitième personne a été grièvement blessée par un sexagénaire nommé Chunli Zhao. Ancien employé d'une des deux fermes, il a été arrêté par les autorités avec un pistolet semi-automatique dans son véhicule.

Samedi soir, à Monterey Park près de Los Angeles, les célébrations du Nouvel An chinois se sont transformées en carnage lorsqu'un septuagénaire d'origine asiatique, Huu Can Tran, a tué onze personnes, en majorité des seniors, dans un dancing prisé par une clientèle asiatique. Il a ensuite tenté de s'en prendre à une deuxième salle de bal, avant de se suicider dans son van, cerné par la police.

Les enquêteurs s'affairaient toujours mardi à déterminer les motivations derrière ces deux attaques.