Un tribunal de Moscou a condamné vendredi à huit ans et demi de prison l'opposant Ilia Iachine pour avoir critiqué l'offensive militaire contre l'Ukraine, au terme d'un procès illustrant le climat de répression en Russie.

Cet homme charismatique de 39 ans était jugé pour avoir dénoncé, dans une intervention en direct sur YouTube, "le meurtre de civils" dans la ville ukrainienne de Boutcha, près de Kiev, où l'armée russe a été accusée d'exactions, ce que nie Moscou.

Le tribunal a reconnu l'opposant coupable d'avoir diffusé de "fausses informations" sur l'armée et l'a condamné à huit ans et demi de colonie pénitentiaire, selon une correspondante de l'AFP. Le procureur avait requis neuf ans de prison.

M. Iachine a accueilli la décision en riant, pendant que ses soutiens poussaient des cris d'indignation dans la salle d'audience. "Tu sortiras avant ! Ne désespère pas !", a lancé l'un d'eux.

Son procès a été particulièrement suivi en Russie, car il était l'un des derniers opposants russes de premier plan à ne pas avoir fui son pays ou à ne pas avoir été emprisonné.

Car parallèlement à l'intervention en Ukraine, le Kremlin a accéléré la répression à l'intérieur de la Russie, pourchassant ceux qui contestent son opération militaire en Ukraine.

L'opposant Alexeï Navalny, la bête noire du Kremlin qui purge depuis début 2021 une lourde peine de prison après avoir survécu à un empoisonnement, a dénoncé vendredi une condamnation "honteuse", dans un message sur Instagram.

- "Prisonnier politique" -

L'Union européenne a fustigé dans un communiqué une décision "politiquement motivée et inacceptable", réclamant la libération "immédiate" de M. Iachine et de "tous les autres prisonniers politiques en Russie".

RTL

L'opposant russe Ilia Iachine dans le box des accusés, le 9 décembre 2022 au tribunal à Moscou / © POOL/AFP

Interrogé au sujet de cette condamnation lors d'une conférence de presse, Vladimir Poutine a pour sa part feint de ne pas connaître cet opposant pourtant célèbre. "Qui est-ce ? Un blogueur ?", a-t-il demandé.

Signe de la tension ambiante, le procès de M. Iachine a été marqué par plusieurs débordements.

Au cours d'une audience fin novembre, une échauffourée a éclaté devant la salle, des agents de sécurité du tribunal ayant plaqué le père de l'opposant au sol. Et une audience prévue pour mercredi a été reportée en raison d'une alerte à la bombe.

- "Mentalement prêt" -

L'avocate de M. Iachine, Maria Eismont, a indiqué qu'elle ferait appel de la décision vendredi, tout en soulignant que son client assumait les déclarations pour lesquelles il était jugé.

"Ilia s'était préparé mentalement dès le début à la possibilité d'être accusé et condamné (...) Il savait très bien où cela pouvait se terminer", a-t-elle dit à la presse.

RTL

L'opposant russe Ilia Iachine dans le box des accusés, le 9 décembre 2022 au tribunal à Moscou / © POOL/AFP

M. Iachine avait été arrêté en juin et placé en détention provisoire en juillet.

L'opposant était poursuivi sur la base d'articles du code pénal introduits peu après le début de l'offensive en Ukraine et qui punissent ceux qui "discréditent" l'armée russe ou "publient de fausses informations" sur ses agissements.

Ces textes sont vagues et leur champ d'application est très large. Les détracteurs du Kremlin y voient un outil "fourre-tout" pour étouffer la voix de tous ceux qui s'opposent à son intervention militaire en Ukraine.

Malgré son arrestation, M. Iachine a continué de critiquer les autorités de façon acerbe et de dénoncer l'offensive de l'armée déclenchée en février.

Début novembre, il avait accusé les juges russes d'être des "serviteurs" du pouvoir et de donner à M. Poutine un "sentiment d'impunité".

A l'occasion d'une autre audience, il avait expliqué son refus de fuir la Russie en déclarant: "J'aime mon pays et je suis prêt à sacrifier ma liberté pour vivre ici (...). Je suis un patriote".

M. Iachine était un proche de l'opposant Boris Nemtsov, assassiné en 2015, mais aussi du militant pourfendeur de la corruption Alexeï Navalny.

Son procès faisait partie des multiples affaires judiciaires à l'encontre de responsables politiques de l'opposition ou de simples particuliers ayant critiqué l'intervention russe en Ukraine.

En juillet, un député municipal de l'opposition à Moscou, Alexeï Gorinov, a été jugé pour diffusion de "fausses informations" sur l'armée russe après avoir dénoncé le conflit en Ukraine, et condamné à sept ans de prison.