Le président de l'Ukraine Volodymyr Zelensky, incarnation de la résistance de son pays face à l'invasion de la Russie, a été désigné personnalité de l'année 2022 par le magazine américain Time, qui a aussi rendu hommage à l'"esprit de l'Ukraine".

"Pour avoir prouvé que le courage peut être aussi contagieux que la peur, pour avoir incité les gens et les nations à s'unir pour défendre la liberté, pour avoir rappelé au monde la fragilité de la démocratie - et de la paix -, Volodymyr Zelensky et l'esprit de l'Ukraine sont la personnalité de l'année 2022 du TIME", a écrit le rédacteur en chef du Time, Edward Felsenthal.

"Dans les semaines qui ont suivi le début des bombardements russes le 24 février, sa décision de ne pas fuir Kiev mais de rester et de rallier des soutiens a été cruciale. De son premier message de 40 secondes sur Instagram le 25 février - montrant que son cabinet et la société civile étaient intacts et en place - aux discours quotidiens prononcés à distance devant des institutions comme les parlements, la Banque mondiale et les Grammy Awards, le président de l'Ukraine était partout", a développé le rédacteur en chef du Time.

La distinction, accordée par le magazine new-yorkais depuis 1927, est généralement vouée à souligner le poids et l'influence d'une personnalité sur la scène internationale, pas forcément sa popularité. En 2007, c'était le président russe Vladimir Poutine qui l'avait obtenue, à l'époque pour avoir "imposé la stabilité" à son pays et ramené "la Russie à la table des puissants de ce monde". Mais quinze ans plus tard, le choix n'a "jamais été aussi clair", écrit Edward Felsenthal.

Ancien comédien élu président en 2019, en perte de vitesse politique au début de l'année, "Volodymyr Zelensky a galvanisé le monde d'une manière que nous n'avions pas vue depuis des décennies", insiste-t-il.

En couverture du magazine, le visage du président de l'Ukraine, 44 ans, barbe de plusieurs jours et pull kaki, des symboles de son habileté médiatique, apparaît entouré de figures de la société civile. Tous surmontent une foule de manifestants portant des drapeaux du pays, bleu et jaune.

Parmi ces visages, la médecin Iryna Kondratova, "qui a aidé les mères à accoucher dans un sous-sol d'hôpital pendant les bombardements", l'ingénieur Oleg Kutkov, qui a permis au pays de maintenir son réseau de connexion à internet, la rédactrice en cheffe du Kyiv Independent, Olga Rudenko, le chef cuisinier Ievgen Klopotenko, "qui a transformé son restaurant en cantine de secours", ou encore le chirurgien de guerre Dr David Nott.

La couverture du Time est accompagnée d'un long reportage de son journaliste Simon Shuster, lequel a interviewé Zelensky à la mi-novembre dans son train privé en route vers Kherson, symbole de la contre-offensive ukrainienne.

"Les Russes doivent comprendre... Ils n'auront pas de pardon. Ils ne seront pas acceptés dans le monde", lance notamment le président ukrainien, qui préfère aussi se comparer à Charlie Chaplin qu'à Winston Churchill.

"Il (Chaplin) a utilisé l'arme de l'information pendant la Seconde Guerre mondiale pour lutter contre le fascisme", souligne-t-il.

Le Time distingue aussi les "femmes iraniennes" comme "héroïnes de l'année", l'ingénieur américain Gregory Robinson et l'équipe de la Nasa qui ont construit le télescope spatial James Webb comme "innovateurs de l'année", ou encore le joueur de baseball des Yankees de New York Aaron Judge, qui a établi un nouveau record de home-run dans une même saison (62).

En 2021, c'est l'entrepreneur milliardaire Elon Musk, patron de SpaceX et de Tesla, et qui a racheté Twitter depuis, qui avait été désigné "personnalité de l'année", après Joe Biden et Kamala Harris en 2020.