Beaucoup de voitures diesel récentes seraient concernées par un risque de panne avec leur dispositif AdBlue. Voici quelques conseils pour éviter de payer une (lourde) facture.

Si vous avez acheté une voiture diesel récente, il y a de forte chance qu'elle soit équipée d'un réservoir d'AdBlue. Rappelons que ce liquide, composé notamment d'urée, est devenu indispensable au fonctionnement de nombreux moteurs diesels.

Son but ? Faire diminuer très fortement les émissions d’oxydes d’azote (NOx), et ainsi répondre aux nouvelles normes environnementales.

Régulièrement, les possesseurs de ces voitures doivent donc refaire le plein d'AdBlue (reconnaissable à son bouchon bleu), l'autonomie variant de 5.000 à 20.000 km environ selon les véhicules. Et gare à la panne sèche, car dans ce cas la voiture se met en défaut et empêche de redémarrer le moteur!

Or, l'additif Adblue peut générer des pannes, rapporte Que Choisir, un site français de défense des consommateurs. "Potentiellement, la plupart des voitures de moins de 10 ans sont concernées avec à la clé, une facture assez lourde à la charge du consommateur" prévient le site.

"1.470 EUROS À PAYER"

Les témoignages se multiplient de conducteurs qui voient s’afficher un message d’alerte "défaut antipollution", ou le logo AdBlue suivi de "démarrage impossible dans XXX km".

Que Choisir donne l'exemple de propriétaires de véhicules Citroën ou Peugeot qui déplorent que "La sonde du réservoir d’AdBlue est HS et ne détecte plus la présence du produit. Or sans cette détection, au bout de 2.000 km, la voiture ne démarrera plus. 1.470 € à payer pour changer la pièce."

Cette sonde est cruciale, car totalement indissociable du réservoir d’AdBlue et il faut alors remplacer l’ensemble. Que Choisir cite par exemple Peugeot qui reconnaît que "sur certains véhicules équipés de la première version du système de réduction catalytique sélective (SCR) sur les moteurs diesels Euro 6, des dysfonctionnements peuvent survenir". Le constructeur ajoute que "le SCR est un système sophistiqué qui peut parfois conduire à la détection de fausses alertes. Un allumage du voyant SCR n'entraîne donc pas nécessairement un remplacement du réservoir d'AdBlue."

RTL

Toujours selon Que Choisir, Audi, Kia, Mercedes, Renault, Seat, Skoda ou encore Volkswagen, qui équipent certains de leurs modèles de la même technologie de filtre à particules SCR, peuvent également être touchés par le phénomène.

LA FAUTE À LA "CRISTALLISATION"

Que Choisir explique que la conception du circuit d’AdBlue par le constructeur n'est pas le seul facteur mis en cause. Les problèmes viendraient surtout d’autres phénomènes : "la dégradation du liquide à partir de 25 °C et, surtout, sa cristallisation." Cette dernière arrive notamment lorsque la température des gaz d’échappement n’est pas suffisamment élevée (moins de 260 °C) pour que l’AdBlue puisse jouer son rôle d’antipolluant et lorsque l’AdBlue est exposé à une température inférieure ou égale à -11 °C.

Le phénomène peut alors entraîner "l’obstruction du catalyseur SCR, la déformation du réservoir, la sonde de niveau peut aussi se bloquer, la pompe de liquide peut se boucher, tout comme le clapet de remplissage", etc. Bref, autant de raisons qui entraînent l'arrêt immédiat du véhicule... et des factures importantes à la clé!

RTL

© AFP

QUE FAIRE?

Le principal conseil qui est donné est celui-ci: ne pas remplir totalement le réservoir afin de préserver la mise à l’air et le bouchon de remplissage pour que ceux-ci ne soient pas bloqués ou obstrués lors de la cristallisation. Par exemple, mettre 13 litres maximum lorsque le réservoir peut en contenir 15.

L’autre solution est d’utiliser un produit anticristallisant à ajouter dans le réservoir d'AdBlue. Mais, là encore, c’est un coût supplémentaire pour l’automobiliste.

Quant à la prise en charge financière des réparations de ce défaut, il semblerait qu'elle ne soit pas garantie. Par exemple, chez Peugeot, elle serait surtout accordée "qu’aux voitures de moins de 5 ans et ayant moins de 150.000 km au compteur." Pour les autres constructeurs, "peu enclins à mettre la main à la poche, même pratique : la prise en charge de la réparation, ou a minima une participation aux frais de réparation, est vraiment sporadique".