Risque d'incendie, freins défectueux... Plus de 400 rappels de véhicules ont été effectués en 2021! Le site Que Choisir révèle la liste des constructeurs les plus touchés avec, dans le trio de tête, que des marques allemandes.

Acheter une voiture moderne, c'est acheter un petit bijou de technologie... du moins, quand ça marche !

Système d'info-divertissement, gestion automatique des feux, composants électroniques, batterie haute tension, câblages à tous les étages...  Comme le rappelle Que Choisir, l'automobile est l'un des secteurs les plus touchés par les rappels: "Rien qu'en 2021, on a recensé 431 retours" recense le site de défense des consommateurs en France.

Et ces rappels ne sont pas à prendre à la légère! Car ils concernent souvent des défauts dangereux pour la sécurité du véhicule: problèmes mécaniques (36% des causes), électroniques (32%), d'airbag (11%) et de freinage (10%).

RTL

© DR

LES MARQUES DE VOITURE LES PLUS TOUCHÉES

Or, si tous les constructeurs sont concernés par ces rappels, certains le sont beaucoup plus. Voici la liste des modèles les plus touchés, toujours selon l'association :

1. MERCEDES - BENZ (88 rappels en 2021)
2. VOLKSWAGEN (29)
3. OPEL ( 27)
4. CITROËN (25)
5. AUDI (22)
6. PEUGEOT (19)
7. BMW-MINI (18)
8. TOYOTA (14)
9. FORD (12)
10. FIAT (10)
11. MAZDA (11)
12. VOLVO (11)
13. DS AUTOMOBILES (9)
14. HYUNDAI (7)
15. RENAULT (7)
16. KIA (6)
17. SKODA (5)
18. DACIA (4)
19. SEAT (4)
20. HONDA (2)

-> À lire sur ce sujet: : Bmw i4, Peugeot 208, Seat leon: la liste des derniers rappels de véhicules

LES CAUSES DE CES RAPPELS

Déjà, il faut comprendre que la plupart des voitures retournent en usine au moins une fois au cours de leur carrière, notamment au début de leur commercialisation, lorsque les premiers problèmes apparaissent...

Les causes de ces malfaçons sont multiples, à commencer par les cadences industrielles folles, et la course à l'innovation qui pousse à utiliser des équipements de plus en plus pointus et high-tech... Donc toujours plus fragiles.

RTL

© AFP

La sous-traitance, massivement utilisées par les constructeurs pour réduire leurs coûts, entraîne aussi une perte de la maîtrise de l'assemblage des véhicules (les équipementiers représentent désormais près de 75% du prix de revient d'un véhicule). Tout cela multiplie les risques de malfaçons.

Bonne nouvelle néanmoins, si les rappels sont très nombreux, ils sont majoritairement lancés à titre préventif et jusqu'ici, aucun incident grave n'a été recensé. D'ailleurs, il est important de souligner que le nombre de rappels ne présume pas de la qualité des marques, qui est déterminée par d'autres paramètres.

COMMENT SAVOIR SI ON EST CONCERNÉ ?

Problème : le consommateur n'est pas toujours bien informé de ces campagnes de rappel. En théorie, chaque propriétaire d'un véhicule concerné doit recevoir un courrier pour lui notifier le rappel. Mais il y a parfois des ratés, lorsque la lettre est envoyé à l'ancien propriétaire ou à la mauvaise adresse.

Avec les voitures connectées, les propriétaires sont néanmoins censés pouvoir recevoir la notification directement sur leur tableau de bord.

Sans oublier les concessions qui font ces réparations "en douce" lors d'un passage au garage pour une autre réparation (on parle alors d"action technique" ou "de service").

Les automobilistes concernés par ces rappels doivent s'adresser à leur concessionnaire, qui se chargera de l'intervention. Ces rappels sont obligatoires et doivent être effectués aux frais du concessionnaire. Vous pouvez aussi consulter tous les rappels de véhicule sur le site officiel Rappel Conso.