La nouvelle Première ministre Giorgia Meloni a fermement ancré mardi l'Italie au coeur de l'UE et de l'Otan tout en rejetant toute "proximité" avec le fascisme, un mois jour pour jour après la victoire historique de son parti d'extrême droite Fratelli d'Italia aux élections et l'inquiétude qu'elle a suscitée.

L'Italie fait "pleinement partie de l'Europe et du monde occidental", a-t-elle affirmé mardi avec force lors de son discours de politique générale devant les députés, qui ensuite, en début de soirée, ont voté la confiance envers son gouvernement.

"Je n'ai jamais eu de sympathie ou de proximité vis-à-vis des régimes antidémocratiques. Pour aucun régime, fascisme compris", a tenu à souligner celle qui fut dans sa jeunesse une admiratrice de Mussolini, même si en août elle avait déjà assuré que la droite avait "relégué le fascisme à l'Histoire".

La première femme à diriger un gouvernement dans l'Histoire de l'Italie a aussi promis que le pays resterait "un partenaire fiable de l'Otan en soutien à l'Ukraine qui s'oppose à l'agression de la Russie".

Ces déclarations visent clairement à rassurer Bruxelles et les partenaires de Rome, alors que Mme Meloni compte dans sa coalition des partenaires prorusses, notamment le chef de la Ligue Matteo Salvini et le dirigeant de Forza Italia Silvio Berlusconi, ami personnel de Vladimir Poutine.

"Ceux qui pensent qu'il est possible d'échanger notre tranquillité contre la liberté de l'Ukraine se trompent", a-t-elle assuré depuis la tribune de l'hémicycle.

"Céder au chantage de Poutine sur l'énergie ne résoudrait pas le problème, cela l'aggraverait, ouvrant la voie à de nouvelles prétentions et chantages et de futures augmentations (du prix) de l'énergie encore plus importantes que celles que nous avons connues ces derniers mois", a-t-elle jugé.

Concernant l'Union européenne, elle a expliqué que l'approche italienne n'était pas de "freiner et saboter l'intégration européenne" mais de faire mieux fonctionner la machine communautaire.

RTL

La nouvelle Première ministre italienne Giorgia Meloni au Parlement, le 25 octobre 2022, à Rome / © AFP

"L'Italie va respecter les règles" européennes, a-t-elle également assuré, même si Rome veut aussi "contribuer à changer celles qui ne fonctionnent pas".

L'UE est "une maison commune pour affronter les défis que les Etats membres peuvent difficilement affronter seuls", a-t-elle ajouté, jugeant que l'UE n'a pas fait assez dans ce domaine dans le passé.

"Qui s'interroge" sur les défauts de l'UE "n'est pas un ennemi ou un hérétique mais quelqu'un qui veut contribuer à une intégration européenne plus efficace pour affronter les grands défis qui l'attendent", a dit Mme Meloni, qui a pris ses fonctions dimanche.

Pour Lorenzo Codogno, ex-économiste en chef du Trésor italien et professeur invité à la London School of Economics, ces paroles, qui affirment le respect des institutions démocratiques et des alliances internationales, montrent qu'"on se dirige plus vers un gouvernement conservateur classique et non vers un régime à tendance fasciste".

Un vote de confiance doit avoir lieu mercredi au Sénat, où la Première ministre dispose également d'une majorité absolue.

- "Réduire la pression fiscale" -

RTL

Le Premier ministre italien sortant Mario Draghi (g) et Giorgia Meloni, qui lui succède, lors de la passation de pouvoirs, le 23 octobre 2022 à Rome / © AFP

Alors que l'inflation fait rage, elle s'est engagée, mais sans rentrer dans les détails, à "renforcer les mesures de soutien aux ménages et entreprises, aussi bien pour les factures énergétiques que pour le carburant".

L'ex-Premier ministre Giuseppe Conte, chef du Mouvement 5 Etoiles (ex-antisystème, opposition) a fustigé un discours où "les citoyens n'ont pas entendu un seul mot sur des solutions à leurs factures exorbitantes ou à la crise énergétique".

L'inflation a augmenté de 8,9% sur un an en septembre et l'Italie a été particulièrement touchée par la crise énergétique en raison de sa dépendance aux importations de gaz russe.

La péninsule devrait entrer en récession en 2023 alors que sa dette atteint 150% du PIB, soit le ratio le plus élevé de la zone euro après la Grèce.

"La solution pour réduire la dette n'est pas une austérité aveugle (...) mais une croissance économique durable et structurelle", a avancé la Première ministre, dont le discours a été régulièrement interrompu par des salves d'applaudissement.

Parallèlement, elle veut "réduire la pression fiscale sur les entreprises et les ménages", alors que "le poids excessif de la fiscalité est l'un des principaux obstacles à la création d'emplois et à la compétitivité de nos entreprises sur les marchés internationaux".

Concernant la manne de près de 200 milliards d'euros de subventions et de prêts accordés par l'UE dans le cadre de son fonds de relance post-pandémie, elle s'est engagée à les dépenser "au mieux en négociant avec la Commission européenne les ajustements nécessaires (...) à la lumière surtout de la hausse des prix des matières premières et de la crise énergétique".

Sur l'immigration clandestine, cheval de bataille de l'extrême droite, elle a affirmé la volonté de son gouvernement d'"arrêter les départs illégaux (d'Afrique, NDLR) et de mettre un terme à la traite d'êtres humains" en Méditerranée.