La décision serait une première en Europe: en Espagne, le gouvernement de gauche envisage d'instaurer dans la loi un "congé menstruel" pour les femmes souffrant de règles particulièrement douloureuses.

L'initiative fait débat au sein même de l'exécutif et des syndicats. Cette mesure pourrait figurer dans un projet de loi sur l'avortement visant à consolider le droit à l'interruption volontaire de grossesse et les droits reproductifs, et qui devrait être adopté mardi en Conseil des ministres.

"Nous allons reconnaître dans la Loi le droit des femmes qui ont des règles douloureuses à un arrêt (de travail) spécial qui sera financé par l'Etat dès le premier jour", a tweeté vendredi après-midi la ministre de l'Egalité, Irene Montero, l'une des chefs de file du parti de gauche radicale Podemos, partenaire du parti socialiste au sein du gouvernement de Pedro Sánchez.

On ignorait toutefois si les discussions au sein de l'exécutif avaient vraiment permis de dégager un accord entre Podemos et les ministres socialistes détenant les portefeuilles économiques sur la portée exacte de ce "congé menstruel".

Selon des médias espagnols ayant eu accès à une version provisoire du projet de loi, élaboré par le ministère de l'Egalité, la durée de ce congé serait de trois jours, avec la possiblité de le prolonger de deux jours supplémentaires en cas de symptômes aigus, sur la base d'un certificat médical.

"Il y a des femmes qui ne peuvent pas travailler et vivre normalement plusieurs jours par mois parce qu'elles ont des règles vraiment douloureuses", a affirmé cette semaine Mme Montero.

"Il est important de préciser ce que sont des règles douloureuses: nous ne parlons pas d'un léger inconfort, mais de symptômes graves tels que diarrhées, maux de tête sévères et de la fièvre", avait précisé début avril la secrétaire d'Etat à l'Egalité, Ángela Rodríguez, également membre de Podemos.

"STIGMATISATION"

Quelques pays ont introduit ces dernières années dans leur législation un droit à un "congé menstruel", notamment en Asie, mais à l'heure actuelle, aucun pays européen ne l'a fait. En France, quelques rares entreprises autorisent bien leurs salariées à arrêter le travail lors de leurs règles, mais le "congé menstruel" ne figure ni dans la loi ni dans les conventions collectives.

L'Espagne ferait donc de nouveau figure de pionnier en Europe en matière de droits des femmes. Mais le débat est vif, car si l'aile gauche du gouvernement pousse en ce sens, certains ministres socialistes sont réticents, par crainte qu'une telle mesure, en raison de son coût élevé, ne soit en fait contre-productive, en  "stigmatisant" les femmes et en aboutissant paradoxalement à privilégier le recrutement de salariés masculins.

La ministre de l'Economie, la socialiste Nadia Calviño, s'est ainsi montrée réservée. "Nous travaillons sur plusieurs versions de cette loi", a précisé la numéro deux du gouvernement, avant d'avertir que "jamais ce gouvernement ne va a adopter une mesure qui stigmatise les femmes".

Le débat existe également au sein des syndicats. "Il faut faire attention avec ce type de décision", a ainsi mis en garde vendredi la secrétaire générale adjointe de l'UGT, l'un des deux principaux syndicats espagnols, Cristina Antoñanzas, qui s'est dite inquiète des possibles effets indirects de la mesure sur "l'accès des femmes au marché du travail".

"Plus que d'un congé, ce dont nous avons besoin, c'est de la reconnaissance de notre handicap, dans les cas évidemment où ce handicap existe", a déclaré l'AFP Ana Ferrer, responsable de l'Association des victimes de l'endométriose, qui a dit craindre une "discrimination".

Une analyse réfutée par Commissions ouvrières (CCOO), l'autre grand syndicat espagnol, qui a salué dans un communiqué une "avancée législative" majeure, de nature à "rendre visible et reconnaître un problème de santé jusqu'à présent ignoré".

La mise en place d'un "congé menstruel" ferait figure de mesure phare de ce projet de loi, mais ne serait pas la seule.

Le ministère de l'Egalité voudrait ainsi inclure la suppression totale de la TVA pour les produits d'hygiène féminine. Le texte prévoit également de renforcer l'accès à l'IVG dans les hôpitaux publics et de permettre aux mineures d'avorter sans l’autorisation de leurs parents dès 16 ans.

L'avortement en Espagne a été dépénalisé en 1985, puis légalisé en 2010, mais l'interruption de grossesse reste un droit semé d'embûches dans ce pays à forte tradition catholique, où l'objection de conscience des médecins est massive et où les mouvements anti-IVG sont très actifs.