Confronté aux provocations de la Corée du Nord et de la Russie, au dérapage de l’inflation et au naufrage parlementaire d’une grande réforme électorale, Joe Biden a tenu vendredi à vanter l'une des rares réussites jusqu'ici de sa présidence, à savoir un grand plan d'infrastructures.

"On parle beaucoup de la déception face aux choses que nous n'avons pas réussi à faire, et j'ajouterais que nous allons réussir à en mener beaucoup à bien. Mais cela, nous l'avons fait", a dit Joe Biden à la Maison Blanche, tandis que derrière lui défilaient des images de ponts plus ou moins décatis.

Ce que le démocrate a fait, c'est de faire voter à l'automne 1.200 milliards de dollars d'investissements dans les routes, les ponts, l'internet, un montant historique qui a même bénéficié du soutien de quelques parlementaires républicains.

Mais le rappel de cette indéniable réussite a presque quelque chose de cruel.

Lors de la ratification en grande pompe du texte le 15 novembre dernier, Joe Biden avait invité une sénatrice de l’Arizona, Kyrsten Sinema, à prendre la parole pour vanter le texte.

Jeudi, la même Kyrsten Sinema a enterré en quelques mots, à la tribune du Sénat, une grande loi électorale avec laquelle Joe Biden promettait de protéger l'accès aux urnes des Afro-Américains contre des restrictions imposées par certains Etats conservateurs du Sud.

- Virage -

RTL

La sénatrice américaine Kyrsten Sinema, le 15 novembre 2021, lors de la ratification d'une grande loi sur les infrastructures à la Maison Blanche / © AFP

Ce texte est emblématique d'un virage que cherche à prendre Joe Biden: dans deux récents discours, le président a émis des mises en garde d'une gravité inédite sur la démocratie américaine. Et lancé des attaques d'une virulence jamais vue contre son prédécesseur Donald Trump, et contre l'opposition en général.

Aucun espoir donc, pour ce projet de réforme électorale, de rallier des parlementaires républicains pour atteindre la "supermajorité" de 60 voix requise au Sénat.

L'état-major démocrate a par conséquent imaginé une procédure permettant de passer en force à la majorité simple - avec les 51 voix qu'ils contrôlent contre 50 à l'opposition. Mais Kyrsten Sinema a refusé cette manoeuvre, tout comme un autre sénateur démocrate modéré, condamnant de fait la réforme elle-même.

Jeudi également, la Cour suprême a annulé une obligation vaccinale que le président voulait imposer aux grandes entreprises. Et la Maison Blanche a reconnu qu'au terme d'un intense ballet diplomatique avec la Russie, la menace d'un nouveau conflit en Ukraine n'était en rien levée.

Une journée noire dans une semaine calamiteuse qui a rappelé crûment que Joe Biden, investi il y a un peu moins d'un an, a fait de grandes promesses avec peu de marge de manoeuvre.

Son contrôle du Congrès ne tient qu'à un fil, et il doit composer avec une Cour suprême que Donald Trump a rendue très conservatrice.

- Petits lapins -

RTL

Rayons vides dans un supermarché de Floride, le 13 janvier 2021 / © AFP

Sur le front de l'économie, l'inflation a atteint son plus haut niveau depuis 1982.

Et les Etats-Unis ont battu le record du nombre de personnes hospitalisées atteintes du Covid-19, une nouvelle vague qui vide les rayons des supermarchés, confrontés à des problèmes de pénurie récurrents depuis le début de la pandémie.

Vendredi, la Corée du Nord a procédé à son troisième essai de missiles de l'année, une provocation de plus alors que Etats-Unis viennent d'imposer de nouvelles sanctions financières.

Et que dire des sondages qui, l'un après l'autre, confirment la forte impopularité du président? La plupart des enquêtes d'opinion donnent une cote de confiance tournant autour de 42%.

"Un programme ne se boucle pas en un an. Nous allons continuer à nous battre pour chaque composante", a promis vendredi la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, énumérant à la fois l'économie, la lutte contre la pandémie et le changement climatique, et le combat pour les droits civiques.

Mais si Joe Biden a peu d'armes pour se battre, il a aussi de moins en moins de temps. A l'automne, il affrontera des élections législatives de mi-mandat historiquement difficiles pour le pouvoir en place, et pourrait perdre le contrôle à la fois du Sénat et de la Chambre des représentants.