A la veille d'un entretien entre Joe Biden et Vladimir Poutine, Washington annonce la couleur: si la Russie attaque l'Ukraine, les Etats-Unis sont prêts à prendre des sanctions financières inédites et à stationner plus de militaires en Europe de l'Est, sans aller jusqu'à une riposte militaire directe.

Un haut responsable de la Maison Blanche a détaillé lundi dans une conférence de presse les leviers que les Etats-Unis étaient prêts à actionner.

"Si Poutine bouge, il y aurait une demande accrue de nos alliés" d'Europe orientale pour "davantage de troupes, de capacités et d'exercices", et "les Etats-Unis répondraient favorablement", a-t-il déclaré.

Il a toutefois fait comprendre qu'une riposte militaire américaine directe n'était pour l'heure pas envisagée.

"Les Etats-Unis ne cherchent pas à se retrouver dans une position où l'usage direct de forces américaines serait au centre de nos réflexions", a expliqué ce responsable.

Washington entend privilégier, en cas d'invasion de l'Ukraine, "une combinaison" de plusieurs éléments: du "soutien à l'armée ukrainienne", "de fortes sanctions économiques" et "une augmentation substantielle du soutien et des capacités auprès de nos alliés au sein de l'Otan".

Alors que les sanctions n'ont jusqu'ici pas permis de réellement infléchir les décisions du Kremlin, selon de nombreux observateurs, le gouvernement américain assure depuis quelques jours qu'il aurait recours, cette fois, à des mesures punitives draconiennes sans précédent.

"Il s'agit de mesures que nous nous sommes très intentionnellement abstenus d'utiliser par le passé", justement "en raison de l'impact qu'elles auraient pour la Russie", a dit le porte-parole du département d'Etat Ned Price, sans toutefois les détailler.

Parallèlement à cette mise en garde, Washington a également oeuvré en coordination avec ses principaux alliés occidentaux, un appel téléphonique rassemblant les dirigeants de l'Allemagne, des Etats-Unis, de la France, de l'Italie et du Royaume-Uni.

A l'issue de cette conversation, Paris, Londres, Rome, Berlin et Washington ont "exprimé leur détermination à ce que la souveraineté" de l'Ukraine "soit respectée", selon un communiqué de l'Elysée lundi.

Engagé dans cette même offensive diplomatique, le secrétaire d'Etat Antony Blinken a parlé au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

RTL

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur la ligne de front dans la région de Donetsk, le 6 décembre 2021 / © Ukrainian presidential press-service/AFP

"Nous sommes convenus de poursuivre nos actions conjointes et concertées", a assuré sur Twitter ce dernier, qui, portant casque et gilet pare-balles camouflage, s'est rendu lundi dans des tranchées sur la ligne de front avec les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Le président américain rappellera son homologue ukrainien "dans les jours suivant" sa conversation avec Vladimir Poutine, selon la Maison Blanche.

- Pas de "percée" -

Ned Price a évoqué "une fenêtre de tir pour résoudre cela par la diplomatie", mais le Kremlin a lui indiqué lundi ne pas s'attendre à une "percée" lors de l'entretien virtuel.

Kiev et ses alliés accusent Moscou d'avoir massé des troupes et des blindés à sa frontière en prévision d'une possible attaque.

RTL

Le président américain Joe Biden (g) et son homologue russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre à Genève, le 16 juin 2021 / © POOL/AFP/Archives

"Nous ne savons pas si le président Poutine a pris une décision sur une éventuelle escalade militaire en Ukraine. Mais nous savons qu'il met en place les capacités de lancer une telle escalade", a dit le haut responsable américain.

La Russie pour sa part dément toute intention belliqueuse mais avance certaines exigences, notamment un engagement que l'Ukraine ne rejoindra pas l'Otan, comme l'ont fait un grand nombre de pays de l'ancien bloc soviétique.

Or ni Kiev, ni Washington n'entendent prendre un tel engagement même si, dans les faits, la procédure d'adhésion de l'Ukraine à l'alliance militaire occidentale, bien qu'officiellement ouverte, semble gelée.

Le 46e président des Etats-Unis n'a jamais mâché ses mots concernant Vladimir Poutine, qu'il a rencontré en face-à-face en juin à Genève après l'avoir qualifié de "tueur" en public.

Il se veut aussi le champion de la démocratie dans le monde, une position difficile à tenir si les Etats-Unis ferment les yeux sur une nouvelle attaque de l'Ukraine par la Russie.

Mais le démocrate de 79 ans espère également, ou tout du moins espérait jusqu'ici, établir une relation "stable et prévisible" avec la Russie.

Vladimir Poutine tient lui à affirmer la Russie comme une puissance dans le jeu géopolitique mondial, aujourd'hui dominé par la rivalité entre Chine et Etats-Unis.

L'Ukraine est déchirée depuis 2014 par une guerre qui a fait plus de 13.000 morts entre Kiev et des séparatistes prorusses dans l'est du pays, que la Russie est accusée par les Occidentaux de soutenir. Le conflit a démarré après l'annexion par la Russie de la péninsule de Crimée.