Quand l'hôpital de la station balnéaire de Sousse s'est trouvé quasiment à court d'oxygène, les médecins ont suivi anxieusement le trajet du camion qui devait les approvisionner. Sur la côte tunisienne, la flambée de Covid-19 inquiète les soignants mais ne freine pas les touristes.

La Tunisie, qui a peiné à trouver les doses de vaccins nécessaires avant que l'épidémie ne s'emballe de façon inédite en juillet, enregistre aujourd'hui l'un des pires taux de mortalité liée au coronavirus au monde.

Mais à quelques kilomètres de l'hôpital Farhat Hached de Sousse (est), des milliers de touristes -- pour beaucoup vaccinés -- continuent à profiter de la plage. Malgré la crise, le pays reste ouvert aux visiteurs et il n'y a pas de quarantaine pour les personnes, vaccinées ou non, arrivant avec des tours opérateurs.

Si les hôtels peuvent recevoir jusqu'à 50% de leur capacité habituelle, le service de réanimation de l'hôpital de Sousse affiche lui complet depuis des semaines.

RTL

Des patients atteints du coronavirus à l'hôpital Farhat Hached de Sousse (est), en Tunisie, le 21 juillet 2021 / © AFP

"Quand on vous dit +dans trois heures, il n'y a plus d'oxygène+, ça stresse, on prépare des bouteilles partout", souligne le Dr Khaled Ben Jazia, chef du service de réanimation.

"Il y a deux jours, il ne restait plus qu'une heure d'oxygène, vous imaginez la catastrophe si on a une rupture? Je n'ai jamais été aussi stressé (...) on était chacun avec des bouteilles au chevet des patients, au cas où", raconte-t-il.

"Quand on a entendu la sirène de l'escorte qui accompagnait le camion (d'approvisionnement en oxygène), ça a été un soulagement. On est rentrés épuisés mais heureux", affirme le médecin.

- "A l'hôtel, tout va bien" -

A l'hôtel Bellevue Park de Sousse, les clients ne sont eux pas inquiets.

"J'ai eu mes deux vaccins", souligne Doris Brecking, touriste allemande de 71 ans bronzant au bord de la piscine. "A l'hôpital, il y a des gens malades, mais ici à l'hôtel, tout va bien avec le protocole sanitaire. Je n'ai pas eu peur."

La France, d'où arrivent de nombreux touristes, a placé la Tunisie sur liste rouge mais autorise quand même les personnes doublement vaccinées à s'y rendre sans motif impérieux, laissant la porte ouverte aux séjours touristiques.

RTL

Des touristes profitent de la plage à Sousse, en Tunisie, le 21 juillet 2021 / © AFP

"Si je me retrouve là en quarantaine avec la petite...", s'était inquiétée avant de partir Stéphanie Wilmert, une Française venue du Luxembourg. "Mais l'envie de revenir ici était trop forte", confie-t-elle.

"Je ne me suis pas amusée à aller en ville (...) même si je suis vaccinée", indique la vacancière. "On avait oublié les masques, on avait tendance à dire +c'est bon, c'est fini+ mais non, ce n'est pas fini du tout."

Début juillet, une responsable de la Santé a indiqué que le système de santé tunisien s'était "effondré", une affirmation ensuite démentie par le ministère.

- "Situation précaire" -

"On tient le coup, mais la situation est précaire, vu le manque de ressources humaines et de soutien logistique", souligne le Dr Zied Mezgar, chef des Urgences à Sousse.

"La catastrophe ne viendra pas de l'afflux de patients, mais de l'épuisement des soignants," estime-t-il. Son service a accueilli jusqu'à 50 malades, pour une équipe de sept personnes.

L'annonce mercredi du chef du gouvernement Hichem Mechichi indiquant que le personnel hospitalier ne pourrait prendre aucun congé a suscité la colère parmi des soignants déjà à bout.

RTL

- / © AFP

Après un an et demi de pandémie, le tourisme, secteur clé en Tunisie puisqu'il représente entre 8 à 14% du PIB, a été laminé.

Alors "on doit s'adapter", souligne Nizar Marghli, directeur de l'hôtel Bellevue Park, qui a perdu un tiers de son chiffre d'affaires par rapport à 2019.

"Le pire est derrière nous", espère-t-il, comptant sur l'accélération prochaine de la campagne de vaccination.

Selon la Banque centrale tunisienne, les revenus du tourisme sur les six premiers mois de l'année ont baissé de 25% par rapport à l'an passé, une saison déjà difficile bien que le pays ait rapidement circonscrit la première vague de contamination.