Contrairement à ce qu'indiquent plusieurs internautes dans leurs publications, les vaccins contre le coronavirus ne peuvent pas rendre votre corps "magnétique".

Des piles, des clés, des fourchettes, voire des téléphones... Depuis quelques jours, les réseaux sociaux se remplissent de vidéos postées par des personnes affirmant être devenues "magnétiques" après avoir réalisé un des vaccins contre le coronavirus. Certains ont été jusqu'à utiliser un détecteur afin de mesurer le supposé "champ magnétique" généré à l'endroit de l'injection.

Proche de la blague pour certains, l'information est prise très au sérieux sur certains sites ou groupes réfractaires aux vaccins contre le Covid.

Le phénomène a pris tant d'ampleur que plusieurs élus ont publiquement pris la parole pour rassurer leurs concitoyens. C'est le cas par exemple d'Elio Di Rupo, ministre-président de Wallonie, qui a tenté, sans succès, de coller son téléphone, directement sur sa chemise, à l'endroit où il a reçu ses deux injections: "Ne croyez pas toutes ces balivernes, c'est de la carabistouille que d'imaginer une seule seconde qu'en mettant son téléphone (contre son bras, ndlr), ça colle parce que le vaccin serait aimanté. Ça n'a aucun sens et n'a absolument aucun fondement scientifique."

@eliodirupo

Faites attention aux fake news et aux vidéos qui tournent sur les réseaux sociaux ⚠️ Ne tombez pas dans le piège de la désinformation ❌ ##FakeNews ##ptp

♬ son original - Elio Di Rupo

Plusieurs médecins interrogés par l'agence de presse AFP ont d'ailleurs confirmé qu'il était "impossible" d'inoculer suffisamment de particules métalliques pour l'"aimanter" grâce à une seringue.

Le site Sante.fr rappelle lui que bien que les vaccins à ARN messager (Moderna et Pfizer-BioNTech) contiennent des nanoparticules, il ne s'agit évidemment pas des éléments déjà imaginés par la science-fiction. "Pour lui permettre d’entrer dans le cytoplasme, l’ARNm doit être protégé au sein d’une enveloppe lipidique, dont la taille est inférieure à 0,1 µm, d’où le préfixe "nano"; mais il ne s’agit pas des nanoparticules telles qu’elles ont pu être évoquées en science-fiction (nano-robots par exemple)." En l'occurrence, celles-ci sont composées de molécules de lipides comme du cholestérol et du polyéthylène glycol. Et non d'un alliage ou d'une substance métallique déjà utilisés dans les appareils informatiques.

Le retour de la chaleur et la moiteur de la peau peuvent d'ailleurs expliquer le fait que des objets restent collés. L'auteur de cet article est d'ailleurs parvenu sans peine à faire tenir son téléphone sur son épaule droite. Soit l'endroit exact où il n'a... pas été vacciné !

Le virologue belge Marc Van Ranst - visé par un ancien militaire pour sa position sur le coronavirus - a d'ailleurs bien résumé l'affaire: "Aux personnes qui pensent sincèrement devenir "magnétiques" à l'endroit où elles ont reçu leur injection: répétez l'expérience après avoir appliqué un peu de talc sur votre peau. Spoiler alert: eh bien, soudainement, ça ne marche plus".