"100 millions ont été administrées" et BioNTech/Pfizer va livrer "50 millions de doses" de son vaccin anti-Covid au 2e trimestre, annonce ce mercredi, Ursula von der Leyen.

"Nous sommes engagés dans une course contre la montre. Plus vite nous atteindrons notre objectif de vaccination de 70 % des adultes dans l'Union européenne, plus nous aurons de chances de contenir le virus", a commencé par expliquer ce mercredi Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

La bonne nouvelle est que "la vaccination accélère dans toute l'Europe! À la date d'hier, les États membres avaient reçu plus de 126 millions de doses de vaccins. Et je suis heureuse de pouvoir annoncer que nous avons aujourd'hui franchi le cap des 100 millions de vaccinations dans l'UE", a poursuivi Ursula von der Leyen. Concrètement plus de 27 millions de personnes sont intégralement vaccinées en Europe.

C'est une bonne nouvelle mais mais de nombreux facteurs peuvent venir perturber le calendrier de livraison des vaccins comme le montre l'annonce faite mardi par Johnson and Johnson de faire "une pause". La président de la Commission européenne assure faire "tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir le déploiement de la vaccination en Europe, notamment en augmentant l'offre de vaccins dans les semaines et les mois à venir".

Elle a annoncé être parvenue à un accord avec BioNTech-Pfizer pour accélérer une nouvelle fois la livraison de vaccins. 50 millions de doses supplémentaires de vaccins BioNTech-Pfizer seront livrées au cours du 2e trimestre  "à compter du mois d'avril. Ces 50 millions de doses devaient, à l'origine, n'être livrées qu'au quatrième trimestre de 2021. Elles seront désormais disponibles au 2e trimestre".

ANTICIPER LA VACCINATION DES ENFANTS ET ADOS

Par ailleurs, Bruxelles a ouvert des négociations formelles avec BioNTech et Pfizer pour leur commander 1,8 milliard de doses supplémentaires de vaccins dits de "2e génération", destinés à lutter contre les variants actuels et futurs du coronavirus, a déclaré Mme von der Leyen.

Ces vaccins, dont les livraisons sont prévues en 2022 et 2023, s'ajouteront aux 2,6 milliards de doses déjà commandées par l'UE et qui doivent être livrées aux Vingt-Sept cette année et l'an prochain.

L'objectif est d'anticiper la vaccination de masse des enfants et des adolescents, mais surtout l'émergence de variants contre lesquels les vaccins actuellement administrés pourraient s'avérer impuissants, ce qui exigerait des formules modifiées en conséquence.

La technologie de l'ARN messager, utilisée par BioNTech-Pfizer mais également par l'américain Moderna, est jugée plus rapide et plus facile à adapter, et les vaccins à ARN messager sont actuellement considérés comme plus efficaces contre les variants dits "sud-africain" et "brésilien", à l'inverse de l'AstraZeneca.

Alors que les Européens ont fait face à d'importants retards de livraison des laboratoires, ce nouveau contrat prévoira une "obligation de livraison" avec un calendrier mensuel (et non plus trimestriel) pour les acheminements, selon une source européenne.