La Nasa a publié lundi une vidéo spectaculaire de l'atterrissage sur Mars de son rover Perseverance, la première du genre, après l'arrivée jeudi sur la planète rouge de la mission, en quête de vie ancienne.

Longue d'un peu plus de trois minutes, la vidéo publiée dévoile les images de plusieurs caméras situées à différents endroits sur le module, après son entrée dans l'atmosphère martienne: l'une montre le déploiement du parachute supersonique, une autre, située sous le rover, le sol martien qui se rapproche, et deux autres vues montrent le rover peu à peu déposé au sol, suspendu par trois câbles.

"C'est la première fois que nous avons été capable de capturer un événement comme un atterrissage sur Mars", a déclaré lors d'une conférence de presse Michael Watkins, le directeur du Jet Propulsion Laboratory où a été construit le rover. "C'est vraiment fantastique".

La Nasa a aussi publié un son enregistré par un micro sur Mars. Dans l'extrait, on peut entendre un son strident produit par le rover, mais aussi clairement le vent martien. "Oui, vous venez bien d'entendre une bourrasque de vent à la surface de Mars, capturée par le micro et renvoyée sur Terre", a déclaré Dave Gruel, en charge de ces équipements pour la Nasa. Il s'agit "des premiers sons enregistrés à la surface de Mars", a-t-il ajouté.

"Ces images et ces vidéos sont ce dont nous avons rêvé pendant des années", a ajouté Allen Chen, qui était chargé de l'atterrissage pour la Nasa. Elles serviront aux équipes de la Nasa à mieux comprendre ce qu'il se passe durant un tel atterrissage.

Le rover était protégé par un bouclier thermique à son entrée, à une vitesse de 20.000 km/h, dans l'atmosphère. On peut aussi voir ce bouclier largué à la surface de Mars sur la vidéo.

Huit rétrofusées ont ensuite fini de ralentir le véhicule, et l'on peut voir de la poussière martienne propulsée sous leur effet.

Les caméras sont des caméras commerciales standard, qui ont été ajoutées sans être reliées au système du rover pour ne pas le perturber.

La manoeuvre d'atterrissage était périlleuse et le site choisi, le cratère de Jezero, le plus risqué jamais tenté, en raison de son relief.