La crise du coronavirus a fait les affaires de plusieurs groupes, entreprises et multinationales dans le monde.

Alors que de nombreuses économies s'effondrent à travers le monde, certaines multinationales affichent une croissance quasi-indécente en cette période de crise.

Amazon, le géant américain de la vente en ligne, en fait évidemment partie. Au premier trimestre, il affiche une augmentation de ses ventes de 26%. Une croissance a considérablement profité à Jeff Bezos, patron d'Amazon, dont la fortune personnelle a augmenté de quelques 26 milliards de dollars pendant la crise.

D'autres géants de la Silicon Valley ont également profité de la crise. Parmi eux, on retrouve Facebook (18%), Microsoft (15%) ou encore Google (13%) dont le chiffre d'affaire était également en hausse au premier trimestre 2020 et ce, malgré la nette réduction des revenus publicitaires. La valeur du titre Facebook a augmenté de près de 60% et a atteint son plus haut historique à la fin du mois de mai. Mark Zuckerberg sort donc aussi gagnant de cette crise puisque sa fortune aurait augmenté de 46% entre mars et mai d'après le rapport d'Americans for Tax Fairness.

Mark Zuckerberg patron de Facebook lors d'une conférence à Washington DC, le 17 octobre 2019 / © AFP

Netflix a également largement profité de la crise pour pour refaire sa trésorerie. En effet, la plateforme de streaming s'est offerte près de 16 millions nouveaux abonnés au premier trimestre 2020 et la valeur de son titre a bondi de 46%. L'entreprise s'attend cependant à un ralentissement de la croissance du nombre d'abonnés lorsque la vie sociale aura repris partout dans le monde.

Pour sa part, l'entreprise californienne Zoom s'est démarquée avec son logiciel de visioconférence en réalisant une hausse de 169% sur son chiffre d'affaires qui est grimpé à 328 millions de dollars en mars. Une conséquence directe des mesures de confinement imposées dans le monde et du télétravail pendant la pandémie.

Le gouvernement britannique s'est réuni via Zoom le 31 mars 2020, avec le Premier ministre, Boris Johnson (en haut à gauche), qui est en quarantaine à cause du Covid-19 / © AFP

L'industrie du jeu vidéo a également connu un boom pendant ce que l'on appelle désormais "le grand confinement". Rien qu'en avril, le secteur a enregistré un total de dépenses atteignant 1,5 milliard de dollars. Une augmentation de 73% par rapport au mois d'avril de l'année précédente. Des bénéfices partagés entre plusieurs grands développeurs de l'industrie. Toutes plateformes confondues, c'est le remake de "Final Fantasy VII" qui a été le plus vendu, suivi par "Call of Duty: Modern Warfare" et "Animal Crossing".

Dans le secteur pharmaceutique, Merck a enregistré un chiffre d'affaires de 12,05 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 11,5% sur un an. De même pour Johnson&Johnson qui a dévoilé une progression de son chiffre d'affaire de 3,3% au premier trimestre 2020 ainsi qu'un bénéfice en hausse. Des hausses liées à une demande plus importante en médicaments partout dans le monde mais qui n'ont pas fait les affaires de tout le monde puisque Pfizer a enregistré une baisse de ses ventes de 8,3% sur un an.

Le CEO de Merck, Kenneth Frazier, photographié en 2018 / © AFP

Enfin, du côté du secteur de la distribution alimentaire, s'il est évident que le confinement a été avantageux pour la majorité des grands groupes, ils sont peu à avoir affiché leurs résultats financiers au premier trimestre. Seul exemple de la croissance d'un groupe implanté au Luxembourg: on sait grâce à nos confrères de la RTBF que le chiffre d'affaire du groupe Ahold Delhaize a explosé au mois de mars (+30%).