Tests, traçage et masques sont les principaux facteurs pour réduire la propagation du virus.

Lorsque les personnes asymptomatiques portent un masques, le risque de transmission peut être supprimé. C'est ce qui ressort d'une contribution scientifique publiée par Science Magazine qui étudie comment la propagation du virus peut être entravée.

Le virus Sars-CoV-2 se propage notamment via les gouttelettes de postillons qui restent dans l'air assez longtemps quand on parle (et bien sûr quand on éternue).

Des scientifiques américains et de Taïwan ont montré que le port du masque réduit le nombre de particules virales infectieuses dans l'air et donc le risque de transmission.

Tant les masques chirurgicaux ainsi que ceux faits maison sont efficaces pour réduire l'émission de particules. Ce serait l'une des raisons pour laquelle les pays asiatiques ont maîtrisé le coronavirus plus rapidement que d'autres car le port du masque y est culturellement privilégié.

Sur cette image, on comprend bien que le masque protège surtout les autres de nos propres infections éventuelles.

La quantité de virus à laquelle une personne doit être exposée pour être malade n'est pas encore connue. Mais il semblerait cependant que plus la charge virale est élevée, plus la maladie peut être grave. Inversement, moins le virus est présent, plus vite on peut être guérit.