À partir de ce 20 mai, la vente et la production de cigarettes mentholées sera interdite dans toute l’Union européenne.

En 2014, la directive européenne sur les produits du tabac avait interdit les "arômes caractérisants" dans les cigarettes et le tabac à rouler. Un délai avait néanmoins été accordé au menthol jusqu’à la date du 20 mai 2020, soit aujourd'hui.

Les fumeurs de cigarettes mentholées ont sans doute fait des stocks qu'ils pourront toujours fumer. La Suisse et Andorre ne sont pas concernés par cette interdiction.

Selon une étude publiée en 2015 dans la revue scientifique Molecular Pharmacology , le menthol présent dans le tabac agit comme un anesthésique local, réduisant la sensation d’irritation par le fumeur. Ce dernier risque donc d’inhaler plus profondément la fumée et de la garder plus longtemps dans les poumons. Moins irritantes, les cigarettes au menthol attirent davantage les jeunes.

Cette interdiction frappe le producteur luxembourgeois de cigarettes, le groupe Heintz van Landewyck. Charles Lemmer, son directeur général pour le Benelux et de la France, parle d'un grand impact: "En tant qu'acteur de niche, nous avons toujours été assez forts sur ce segment, plus de 10% de la production est en train de disparaître."

Au micro de RTL Radio, Charles Lemmer souligne que le groupe subit déjà de lourdes pertes avec les restrictions de déplacement liées au coronavirus et la fermeture des frontières: 85% des produits du tabac vendus au Luxembourg ne sont pas achetés par des résidents, explique-t-il. La baisse des ventes est estimée entre 50% et 60%.