Aux premières heures de la crise, le nouveau coronavirus a favorisé un rare rapprochement entre Israéliens et Palestiniens. Mais plus la pandémie progresse, plus les tensions remontent à la surface, et certains, côté palestinien, se demandent si ce rapprochement ne tenait pas du mirage.

Le noeud de ces tensions est le statut des quelque 70.000 Palestiniens qui ont un permis pour travailler en Israël, sans compter les illégaux: que faire d'eux lorsque l'économie israélienne plonge brutalement? Que faire d'eux s'ils sont malades?

Dans un premier temps, les deux camps se sont entendus sur une formule: ces travailleurs allaient soit retourner dans leur famille, soit rester en Israël jusqu'à la fin de la crise.

Le but était de limiter les mouvements de population dans l'espoir de minimiser la propagation du virus, alors que plus de 6.000 cas de contamination ont été recensés en Israël et plus d'une centaine en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu.

Mais la population palestinienne a ensuite été choquée par une vidéo, devenue virale, montrant un travailleur palestinien qui aurait été abandonné à un checkpoint par les autorités israéliennes parce que soupçonné d'être atteint de la maladie du Covid-19.

Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a dénoncé un traitement "raciste" de la part d'Israël et demandé le retour de tous les travailleurs.

Mais selon la police israélienne, il s'agit d'un travailleur sans permis, qui s'est présenté à l'hôpital pour des soins.

"La police l'a escorté au point de passage", résume un porte-parole de la police, soulignant qu'il avait été testé négatif au Covid-19 avant d'être escorté.

La tension est encore montée d'un cran, les autorités palestiniennes ayant révélé que le premier décès dû à la maladie côté palestinien était celui d'une sexagénaire qui avait été récemment en contact avec son fils travaillant en Israël.

- "Protéger l'économie" -

En dépit des appels à rentrer chez eux, de nombreux ouvriers palestiniens préfèrent rester en Israël, en raison notamment des salaires plus élevés.

Mais ils préfèrent aussi ne pas bouger de peur de subir un sort similaire à celui de l'ouvrier au checkpoint.

Comme Faraj, 26 ans, qui se terre avec quatre collègues dans une chambre mise à disposition par son employeur en Israël plutôt que de rentrer en Cisjordanie.

"Après avoir vu la scène éprouvante (de l'ouvrier) au point de passage, je me suis dit qu'il était préférable de rester ici", dit-il.

Outre l'accord initial sur les travailleurs, Israéliens et Palestiniens s'étaient entendus notamment sur la création d'un comité conjoint, pour tenter de juguler ensemble la progression du virus.

Mais depuis, le ton a changé.

L'Autorité palestinienne a accusé Israël mercredi d'avoir "anéanti" ses "efforts" de confinement, en laissant des ouvriers palestiniens travailler dans des colonies israéliennes en Cisjordanie.

"La décision d'Israël de laisser entrer les travailleurs est une tentative de protéger l'économie israélienne, aux dépens de la vie de nos travailleurs (...) Qu'Israël nous laisse tranquille", a lancé le Premier ministre Shtayyeh.

- "Nouvel état de fait" -

La coopération initiale contrastait avec les menaces du président palestinien Mahmoud Abbas de cesser la coordination sécuritaire avec Israël, après l'annonce fin janvier d'un plan américain pour un règlement du conflit israélo-palestinien.

Ce plan propose notamment l'annexion par Israël des colonies juives qu'il a établies en Cisjordanie occupée, alors que la colonisation est illégale au regard du droit international.

Walid Assaf, chargé du suivi des colonies pour le gouvernement palestinien, s'attendait à ce que la pandémie entraîne un gel de la colonisation.

"Mais au contraire (...) (les Israéliens) utilisent le corona pour créer un nouvel état de fait sur le terrain", critique-t-il.

Ainsi, l'armée israélienne a continué de mener des raids en Cisjordanie, démoli des maisons de Palestiniens qu'elle dit construites sans permis et confisqué, selon l'ONG israélienne anticolonisation B'Tselem, des tentes qui devaient servir à une clinique médicale.

Jeudi, l'Etat hébreu a annoncé qu'il suspendait certaines démolitions en Cisjordanie occupée pendant la crise du nouveau coronavirus. Les détails de cette annonce n'étaient pas clairs dans l'immédiat.

La "coordination (avec l'Autorité palestinienne) demeure très étroite", affirme en revanche Yotam Shefer, un responsable du Cogat, l'organisme israélien chargé des activités civiles dans les Territoires palestiniens, citant des échanges sur les questions sanitaires.

Et pour Ofer Zalzberg, chercheur au centre de réflexion International Crisis Group (ICG), la "solide coopération" est dans l'intérêt de chacun.

"Les deux populations sont fortement liées, endiguer le virus dans un camp seulement est impossible car l'autre le contaminera à nouveau", dit-il.