La promesse du Premier ministre japonais d'envoyer deux masques en textile lavables à chaque foyer de l'archipel pour lutter contre le Covid-19 provoquait de nombreuses réactions, mi-sceptiques mi-moqueuses, de la part de ses concitoyens sur les réseaux sociaux.

Dans les heures qui ont suivi cette annonce mercredi soir de Shinzo Abe, le mot-dièse "Abenomasks" était parmi les principales tendances sur Twitter au Japon, un clin d'oeil au programme de relance économique du Premier ministre "Abenomics".

M. Abe portait lui-même l'un de ces masques quand il a annoncé cette mesure devant le Parlement, une image depuis largement tournée en dérision sur les réseaux sociaux.

Un montage très partagé montrait notamment le Premier ministre portant deux masques à la fois, l'un sur la bouche et l'autre sur les yeux, comme pour souligner son aveuglement.

Pour la plupart des Japonais, cette annonce a paru d'autant plus inadaptée que nombre de foyers comptent plus de deux personnes.

Un dessin populaire en ligne montrait ainsi plusieurs membres d'une famille les uns derrière les autres, le premier portant le masque dont les élastiques s'étendent jusqu'aux oreilles du dernier de la file.

La date du 1er avril choisie pour cette annonce interpellait aussi certains qui se demandaient s'il ne s'agissait pas tout bonnement d'un poisson d'avril.

Beaucoup voyaient aussi dans cette mesure un "gaspillage d'argent" public, à l'instar de Kentaro Iwata, un spécialiste des maladies infectieuses de l'université de Kobe (ouest du Japon), ajoutant par ailleurs sur Twitter que le type de masque réutilisable proposé par M. Abe ne serait jamais accepté en milieu hospitalier.

"Je vais fabriquer les deux masques moi-même, inutile de me les envoyer. Utilisez l'argent pour autre chose", a réagi un autre internaute sur le réseau social.

M. Abe a dit vouloir expédier environ 100 millions de ces masques auprès de 50 millions de foyers du pays.

Selon le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, cette mesure vise à réduire la demande de masques chirurgicaux et devrait coûter au total 40 milliards de yens (340 millions d'euros), hors frais de livraison.

Malgré l'absence de consensus des experts sur leur efficacité réelle, les masques sont très populaires au Japon et portés régulièrement pour se prémunir des rhumes en hiver et des allergies respiratoires au printemps.

La demande de masques au Japon a explosé avec la pandémie de Covid-19, provoquant des ruptures d'approvisionnement au niveau national, malgré les appels lancés par le gouvernement aux industriels afin qu'ils augmentent la production.