Une partie de la classe politique autrichienne a dénoncé une gestion "scandaleuse" de ce foyer épidémique.

Quelque 400 vacanciers exposés au nouveau coronavirus lors de séjours dans le Tyrol autrichien réclament des comptes aux autorités locales accusées d'avoir laissé se développer un foyer de contamination, a indiqué vendredi une association de consommateurs en Autriche.

Deux jours après avoir lancé un appel à rejoindre une plainte en action collective contre la gestion de l'épidémie dans cette province prisée des amateurs de sports d'hiver, l'association de consommateurs VSV (Verbraucherschutzverein) a indiqué avoir été contactée par quelque 400 personnes, dont une écrasante majorité de vacanciers allemands.

Les responsables politiques et économiques de la province alpine de l'Ouest de l'Autriche, fréquentées par des skieurs du monde entier, sont sous le feu des critiques pour avoir tardé à réagir face à l'infection, partie d'Ischgl, une populaire station de sports d'hiver.

VSV, qui a demandé l'ouverture d'une enquête au Parquet d'Innsbruck, veut recueillir le maximum de témoignages en vue de soutenir sa plainte, selon laquelle "la fermeture des domaines skiables a été retardée pour des raisons commerciales", indique l'association dans un communiqué.

RTL

© afp

DES VICTIMES VENUES DE TOUTE L'EUROPE

Le nombre de plaignants de cette action collective devrait s'étendre au-delà du monde germanophone avec la mise en ligne d'un formulaire en anglais.

Après une première contamination identifiée début mars dans un bar très fréquenté de la station d'Ischgl, le virus s'est répandu et exporté via de nombreux touristes de retour de vacances.

Ainsi, au Danemark, en Norvège et en Allemagne, plusieurs centaines de malades du virus ont un lien avec cette destination réputée chez les jeunes pour ses bars festifs. On retrouve aussi la trace du foyer infectieux en Suède, en Islande, au Canada et au Royaume-Uni.

Une partie de la classe politique autrichienne a dénoncé une gestion "scandaleuse" de ce foyer épidémique. Le gouvernement n'a pas exclu que "des fautes aient été commises", promettant un audit lorsque la crise sera passée.

Les autorités du Tyrol affirment quant à elles avoir pris "rapidement" des décisions "très radicales". Mais elles se voient reprocher d'avoir réagi avec retard, excluant dans un premier temps que le serveur malade ait pu provoquer d'autres contaminations, alors que l'Islande et la Norvège avaient au même moment déjà tiré la sonnette d'alarme.

Tous les bars d'Ischgl, puis la station elle-même, ont finalement fermé entre le 10 et 14 mars. L'ensemble de la province du Tyrol et ses quelque 750.000 habitants sont en quarantaine depuis le 18 mars, isolés du reste du pays.

Dans l'ensemble de l'Autriche, plus de 7.000 personnes avaient été testées positives vendredi et 58 sont décédées du Covid-19.