Le jour de la St Valentin, le 14 février, représente une recrudescence des violences faites aux femmes.

Une douzaine de Femen se sont enchaînées vendredi, jour de la Saint-Valentin, aux lampadaires du Pont des Arts à Paris pour dénoncer les féminicides justifiés par l'"amour" de leurs auteurs, a constaté une journaliste de l'AFP.

"On ne tue jamais par amour", "pour le meilleur, pas pour le pire", "je ne t'aime pas à en mourir", pouvait-on lire sur les bustes dénudés des militantes qui ont allumé des fumigènes rouges.

La tête ornée d'une couronne de fleurs noires, elles ont brandi des ballons en forme de coeur, de couleur noire et rouge, des bouquets de roses rouges et des pancartes noires avec des slogans similaires, également criés par les activistes.

© AFP

"Le jour de la St Valentin, le 14 février, représente une recrudescence des violences faites aux femmes, qui touche 223 000 femmes en France, les violences conjugales. On parle de viol, on parle de meurtre, et on est ici pour dire qu’on ne tue pas par amour, qu’on ne viole pas par amour, ce sont des actes de violence, des actes criminels, qui ne seront jamais excusés par l’amour.", énonce l'une d'elles.

En 2019, l'AFP a recensé au moins 126 cas de féminicides, soit une femme tous les trois jours en moyenne.

© AFP