Une centaine de personnes s'étaient réunies samedi après-midi avec des bougies et des fleurs blanches.

Les faits remontent au 21 décembre dernier avec l'agression d'un Cap-verdien de 21 ans au Portugal. Un groupe de jeunes l'avait attaqué et roué de coups, à tel point que la victime avait succombé à ses blessures dix jours plus tard.

Les médias portugais n'auraient pas vraiment soulevé cet incident et la police n'aurait pas non plus trop fait d'efforts pour retrouver les responsables de l'agression, selon les organisateurs du mouvement.

L'ambassadeur du Portugal au Luxembourg a reçu les manifestants et écouté leurs doléances. Ils demandent qu'une réelle enquête soit lancée, selon Antonia Ganeto, porte-parole de Finkapé, le "Réseau afrodescendant Luxembourg".

Elle condamne cette "justice à deux vitesse" qui doit absolument être éradiquée et souligne que ce sont les responsables politiques du Cap-Vert qui ont demandé à leurs homologues portugais de mettre tout en œuvre afin de faire la lumière sur cette tragédie.

Des marches solidaires avec Giovani ont été organisées un peu partout en Europe comme à Londres ou à Paris mais surtout dans plusieurs villes du Portugal.

La jeune victime a été enterrée ce samedi dans son pays natal.