Les vitraux de Notre-Dame ont été déposés, stockés, dans le plus grand secret chez 7 maîtres verriers. RTL a pu rendre visite à l'un d'entre eux.

Il y a tout juste un mois, tous les yeux étaient rivés sur Paris : Notre Dame brûlait. Après les travaux d'urgence, l'heure est au diagnostic pour programmer les rénovations.

Les vitraux, eux ont été déposés, stockés, dans le plus grand secret chez 7 maîtres verriers. RTL a pu rendre visite à l'un d'entre eux.

"On rentre dans le local sécurisé, le coffre en fait. Ici, les caisses sont en bois, bâchées pour le confinement du plomb", explique Marie Rousvoal, vitrailliste de la 6e génération des ateliers Duchemin

21 mètres carrés de vitraux

Elle se faufile parmi la vingtaine de caisses rangées les unes contre les autres. Ce qui frappe, c'est l'odeur du feu froid qui pique la gorge comme si les fumées et la suie accumulées traversaient le bois.

"Là, sur les bâches, on a numéroté toutes les verrières, nefs ou cœur". Au total, les ateliers Duchemin stockent 21 mètres carrés de vitraux.

"Toutes les verrières sont recouvertes de suie, agressive, corrosive. Elles sont noires, elles sont opaques, et pour certaines d'entre elles, à l'extérieur, le plomb de la toiture qui a fondu a collé sur certains panneaux", explique la vitrailliste.

Nettoyage, rénovation, puis réinstallation

C'est la priorité : le grand nettoyage. Enlever les suies, avec une douchette  à l'eau claire, sans frotter, sans brosser. Tous les vitraux entreposés chez 7 verriers vont être regroupés pour être nettoyés dans le plus grand secret. Ils passeront ensuite plusieurs années dans des boites hermétiques avant d'être rénovés et réinstallés à Notre-Dame.