L'intégration de la communauté musulmane au Luxembourg est actuellement un sujet controversé.

D'un côté nous accueillons les réfugiés qui se sont enfuis de leur pays à cause du terrorisme, de l'autre nous sommes effrayés par les actes brutaux des mêmes terroristes.

Les différences et problèmes qui peuvent surgir quand des religions, cultures et traditions se rencontrent doivent être résolus à l'aide du dialogue, selon Yves Boden, un Luxembourgeois converti à l'islam et qui a été délégué par la communauté musulmane, la Shoura, pour parler de ce sujet.

Le Luxembourg permettrait aux musulmans de vivre leur religion, la Shoura aurait son Centre culturel et les politiques luxembourgeois auraient une vue à long-terme. "Si je viens dans un autre pays en tant qu'étranger, n'importe pour quelle raison, je dois m'adapter et respecter les lois de ce pays! C'est ainsi que je vois l'islam", dit Boden.

L'islam dirait: découvre ton visage, tes mains et tes pieds. Voir l'expression faciale de l'autre, ce serait important, cela ferait partie de la communication. Si une femme voulait faire davantage que ce que prévoit le coran, "je ne veux pas le lui interdire", dit Yves Boden. Cela ferait partie de la sphère privée, trouve-t-il.

Après un événement comme les attentats de Paris le 13 novembre, il serait pourtant compréhensible que la police et la bourgmestre de Luxembourg-Ville Lydie Polfer s'expriment en faveur d'une interdiction du voile intégral, puisque les autorités voudraient savoir à qui elles ont à faire.

En effet, il faut un peu de compréhension, et ce des deux côtés...