Des centaines de kilos de drogue, la découverte d'un laboratoire et d'une "blanchisserie" de cocaïne... La lutte transfrontalière menée par le Luxembourg, la France, la Belgique et les Pays-Bas contre les réseaux organisés de la drogue portent ses fruits.

En 2002, la coopération entre la Belgique, les Pays-Bas, la France et le Luxembourg -on dit "coopération Hazeldonk" - a conduit à la saisie de centaines de kilos de drogue, de 439.000 pilules d’ecstasy et à la découverte d'un laboratoire de production de drogue ainsi que d'une "blanchisserie" de cocaïne.

Des actions de contrôle conjointes et les échanges d’informations "augmentent les chances d’arrêter les passeurs de drogue qui circulent entre ces différents pays, et resserrent l’étau autour des organisations criminelles", indique la Police grand-ducale dans son bilan publié ce mercredi.

L'an passé, le coopération Hazeldonk (qui existe depuis 2006) "a bénéficié d’un nouvel élan" grâce à la mise en œuvre d'un nouveau plan d’action qui s'articule autour de trois piliers que sont les actions de contrôle menées ensemble, l'échange d’informations et d’expertise et la lutte contre les réseaux de distribution de drogue grâce à un travail de recherche.

ACTIONS "ÉTOILE"

Les actions Étoile, menées sur plusieurs jours, sont organisées cinq fois par an dans les quatre pays simultanément. Elles se concentrent aussi bien sur les moyens de transport personnels des passeurs de drogue que sur les transports publics.

Ces actions "ont été couronnées de succès en 2022", écrit la police luxembourgeoise. Elles ont en effet permis de mettre la main sur "48 kg de marijuana, 70 kg de haschich, 73 kg de cocaïne, 79.000 pilules d’ecstasy et près de 264 000 euros en espèces". Au total, 882 personnes ont été interceptées en possession de drogues. Au final, 194 individus ont été arrêtés, et 112 véhicules saisis.

RTL

© Police grand-ducale

L'impact des actions Étoile est renforcé par "les enquêtes menées en amont". Ainsi, un contrôle effectué en février a permis de mettre au jour un laboratoire de production de drogue synthétique en Belgique et de démanteler une organisation criminelle.

Autre exemple, un contrôle réalisé aux Pays-Bas a conduit les enquêteurs jusqu'à un entrepôt abritant 102 kg de cocaïne et tout l'équipement nécessaire pour "blanchir" ce stupéfiant. Tout comme une photo enregistrée sur un GSM saisi a permis d'identifier un immeuble en Belgique, dans lequel était cachée une 'blanchisserie' de cocaïne.

360.000 PILULES D'ECSTASY

Les policiers ont aussi mené des actions "Dope Runner" plus brèves, mais musclées. Ces contrôles visent en particulier les passeurs de drogue et les réseaux de distribution qui empruntent les autoroutes. Ils se déroulent plusieurs fois par mois.

En 2022, ces actions Dope Runner ont permis de saisir "un total de 60 kg de cocaïne, 35 kg d’héroïne, 45 kg de marijuana, 20 kg de speed, 360 000 pilules d’ecstasy, 3 litres de GHB et 700.000 euros en espèces!"

Une course-poursuite aux Pays-Bas visant un conducteur qui s’était rendu coupable d’une tentative de meurtre, a pris fin en Belgique, où l’individu a pu être appréhendé. Ce dernier possédait 40 kg d’ecstasy dans son véhicule.

Des contrôles se concentrent également sur le trafic postal, car la drogue est aussi transportée à l’aide de colis postaux.

Le partage d'informations et d'expertise a permis "d'arrêter un Français sur le territoire belge. L’homme revenait des Pays-Bas à bord d’un véhicule immatriculé au Luxembourg, dans lequel les policiers ont trouvé une quantité significative de cocaïne destinée au marché français".

En 2022, l’utilisation de véhicules de location par les organisations criminelles et de cachettes dans les véhicules ont davantage pu être mis en lumière.