Le syndicat déplore en outre le fait que le secteur horeca ne soit pas encore doté d'une convention collective.

Les conditions de travail très peu attractives seraient la cause du manque de main-d'oeuvre dans le secteur horeca et non pas le manque de flexibilité du droit du travail, écrit l'OGBL dans un communiqué publié mercredi en réaction aux déclarations du secrétaire général de l'Horesca samedi dans l'émission "Background". Ce seraient surtout les bas salaires et les horaires de travail avec des coupures non-rémunérées de plusieurs heures entre deux services, qui rendraient la profession de moins en moins attractive.

En conséquence, l'OGBL revendique une revalorisation générale des professions dans l'horeca, avec des hausses de salaires significatives et des formules pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle.

Le syndicat regrette enfin que l'Horesca n'ait pas donné suite à ce jour à sa demande de rédiger une convention collective pour le secteur.