La photographe Jingna Zhang avait porté plainte contre l'artiste luxembourgeois Jeff Dieschburg, dont une peinture ressemblait de façon troublante à l'une de ses photos. Elle vient pourtant de perdre la première manche.

L'affaire avait fait du bruit cet été: l'artiste Jeff Dieschurg avait été accusé d'avoir reçu un prix pour une œuvre prétendument copiée sur une photographie de la Singapourienne Jingna Zhang.

Cette photographe s'était à l'époque dite "scandalisée" sur Twitter: "un mec a carrément volé ma photo, gagné un prix de 1.500 euros lors d'une biennale soutenue par le gouvernement luxembourgeois et tenté de m'expliquer le non-respect des droits d'auteur. Où puis-je trouver quelqu'un qui parle le luxembourgeois pour m'aider? Incroyable".

Et pourtant, ce mercredi 7 décembre, le tribunal d’arrondissement de Luxembourg a tranché en première instance en faveur de Jeff Dieschurg, retenant que la photo originale ne remplirait pas les critères pour tomber sous le coup de la législation luxembourgeoise ou européenne sur les droits d'auteur. "Il a considéré qu’il y avait une originalité insuffisante de la photo", regrette Me Vincent Wellens, l’avocat de la photographe singapourienne cité par Paperjam. L’avocat de Jeff Dieschburg, Me Gaston Vogel, s'est félicité pour sa part que la photographe ait "perdu le procès sur toute la ligne", peut-on encore lire chez nos confrères.

"DÉVASTÉE", LA PHOTOGRAPHE MET EN GARDE

Mercredi après-midi, Jingna Zhang a réagi à la décision sur Instagram, déclarant qu'elle était "dévastée par la décision sur le droit d'auteur au Luxembourg aujourd'hui".

Elle a critiqué l'argumentation du tribunal selon laquelle la pose du modèle sur sa photo n'est pas "unique", "originale", déclarant que "si avoir une pose originale est la prémisse de la protection du droit d'auteur d'une image, alors presque toutes les œuvres de portrait dans le monde ne bénéficieront pas de la protection du droit d'auteur. "

La photographe avertit que la décision luxembourgeoise "crée un dangereux précédent qui s'étend à tous les photographes et artistes dont les portraits sont désormais menacés de perdre la protection du droit d'auteur".

Zhang a également confirmé qu'elle ferait appel de la décision "car ce n'est plus seulement une injustice pour moi-même, mais un danger inquiétant pour toute la communauté de l'art et de la photographie au Luxembourg et au-delà".

A lire également:"Plagiat récompensé au Luxembourg: L'artiste Jeff Dieschburg n'en serait pas à sa première copie"