L'Europe a accordé un financement important au Luxembourg pour soutenir sa transition écologique et numérique, les emplois et l'inclusion.

Soixante-sept millions d'euros répartis entre 2021 et 2027. C'est la somme que le Luxembourg va recevoir de l'Europe "au titre de la politique de cohésion afin d'accélérer la transition écologique du pays, de financer l'innovation et la numérisation, d'augmenter le taux d'emploi et d'améliorer les services sociaux locaux". L'État vient de signer un accord de partenariat avec la Commission européenne.

Sur ces 67 millions d'euros, 23 lui sont alloués par le Fonds européen du développement régional et le Fonds pour une transition juste. Ils serviront à "améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments publics" en "réduisant les émissions de CO2 dans le secteur de la construction et des transports".  Ainsi que dans les productions d'énergies renouvelables"telles que la biomasse et l'énergie solaire".

S'y ajoutent 15,5 millions d'euros du Fonds social européen plus (FSE+). Dont une partie sera allouée aux demandeurs d'emploi et à la formation. Ainsi qu'au financement de services de conseil pour de "jeunes pousses de l'économie sociale".

Le Luxembourg compte également faire davantage pour la formation des salariés les moins qualifiés et les plus âgés, souvent en difficulté dans leur parcours professionnel. La Commission ajoute que "2,2 millions d'euros seront explicitement destinés aux jeunes" et près d'un million d'euros iront "à la lutte contre la pauvreté des enfants".

L'argent mobilisé par le FSE+ doit également soutenir "les groupes défavorisés, en particulier les personnes issues de l'immigration". Soit 3,9 millions d'euros pour créer des formations et des partenariats avec les employeurs, pour intégrer ces personnes sur le marché du travail. Enfin, le Luxembourg promet d'allouer 1,3 million d'euros pour la fourniture de denrées alimentaires et produits de nécessité.